III - De l’Ordre de l’Étoile d’Aristote, office militaire di

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

III - De l’Ordre de l’Étoile d’Aristote, office militaire di

Message par Kaioh le Jeu 13 Déc - 22:40

III - De l’Ordre de l’Étoile d’Aristote, office militaire dit office d'Isenduil

Préambule

Pour maintenir l'église qui est de Dieu maison, j'ai mis sus le noble ordre qu'on nommé de l’Étoile d’Aristote et son office qu'on nomme d'Isenduil.
La genèse d'icelui a pour noble cause fondamentale le respect du à Dieu et la défense de la sainte foi Aristotélicienne , ainsi que d'honorer les anciens chevaliers d’Aristote, qui par leurs nobles et haults faicts sont dignes d'estre recommandés.
Isenduil étant le protecteur de l'Office militaire de l’Ordre, il est par nature "chevalier à titre posthume" de l'Ordre.


«Césars de la Tour Saint-Arnault»

Il m'a un jour été fait l'insigne honneur de devenir Chevalier de l'ordre dit d'Isenduil. Il s'agit là d'une reconnaissance qu'aucun homme ne peut jamais oublier.
Depuis, ma vie a suivie son cours, me faisant côtoyer la mort, me rapprochant de la sagesse et changeant mon approche vis à vis de la Foi.
Cependant, les armes ont fait partie intégrante de ma vie, et je ne puis les renier, c'est pourquoi j'ai voulu changer cet ordre. Lui qui était auparavant surtout honorifique, se verra chargé d'un véritable travail pour la gloire des Saintes Armées et de la Sainte Église.


Kreuz de Castelnou von Rosenberg Valendras

Article Premier : de la Chancellerie

§1. Le Commandement suprême de l’ordre de l'Étoile d’Aristote est assurée par le Pape, toutefois le Cardinal chargé des Saintes-Armées, communément dénommé Connétable de Rome, peut en être le Chancelier Militaire. Le Chancelier Militaire est responsable de l'office militaire. A défaut, il revient au Cardinal chargé de la Congrégation de l'Inquisition de superviser et de contrôler l'activité de l'office militaire. Ce dernier est nommé Auditeur Général de l'Office d’Isenduil.
§2. Au maximum quinze jours après sa nomination au poste de Cardinal Chargé des Saintes-Armées, la dite personne reçoit des chevaliers de l’ordre un manteau dit « manteau d’Aragoth » et une ceinture dit « ceinture d’Isenduil » qui sont là pour rappeler au Cardinal la mémoire d’Aragoth et Isenduil qui furent deux des plus grands chevaliers d’Aristote.
Le fait de recevoir ces armes intronise le Chancelier Militaire à sa charge.
§3. Après avoir reçu les insignes d’Aragoth et Isenduil, le nouveau Chancelier Militaire doit prester allégeance au Pape en tant que responsable de l'office militaire de l’ordre.
§4. Si, par malheur, le Cardinal Chargé des Saintes-Armées ne recevait pas les insignes d’Aragoth et Isenduil quinze jours de sa nomination, serait élu un « Chevalier-Sénateur ».
§5. Le Chancelier militaire est le responsable de la Congrégation des Saintes Armées. De par ce fait, il a droit de siège, de parole et de vote, dans toutes les assemblées de l'ordre et de la Congrégation des Saintes Armées.
§6. Le Chancelier Militaire peut promouvoir, dégrader ou révoquer des membres de l'ordre après avis consultatif du Conseil des Chevaliers.
§7. Le Chancelier Militaire octroie ou retire les accès à la Crypte d'Isenduil et au Conseil des Chevaliers après avis consultatif du Conseil des Chevaliers.

Article Second : du Chevalier-Sénateur

§1. Le Chevalier-Sénateur aura pour rôle d’assurer les affaires courantes de l'office et dirige le Conseil des Chevaliers d'Isenduil. Il ne pourra anoblir de chevaliers mais proposer des candidats à l'anoblissement au Conseil des Chevaliers et à la Curie. Il pourra proposer également des postulants à l'Étoile de Rubis. Il assiste le Cardinal Chargé des Saintes-Armées dans sa gestion courante de la Congrégation .
§2. Le Chevalier-Sénateur n'est en aucun cas Chancelier Militaire.
§3. Si le Cardinal Chargé des Saintes Armées reçoit les insignes d'Aragoth et Isenduil, il aura le choix de nommer un Chevalier-Sénateur parmi les membres du Conseil des Chevaliers.
§4. Si le Cardinal Chargé des Saintes-Armées venait à ne pas pouvoir recevoir les insignes d’Aragoth et Isenduil quinze jours après sa nomination ou s'il ne nomme aucun Chevalier pour le seconder, le Chevalier-Sénateur serait élu parmi le Conseil des Chevaliers d'Isenduil si celui ci comporte plus de trois membres en vie.
§5. Le Chevalier-Sénateur est désigné dans un délai de quinze jours à un mois après la nomination du Cardinal en Charge des Saintes Armées.
§6. Le Chevalier Sénateur devra prester allégeance au Pape et au Cardinal Chargé des Saintes Armées, ou à défaut au Cardinal en charge de la Congrégation de l'inquisition, afin de pouvoir assurer sa charge.
§7. En cas d'absence du Chancelier Militaire, le Chevalier Sénateur préside également aux différents Conseils de la Congrégation des Saintes Armées sous la supervision du Cardinal Camerlingue.
§8. En qualité de second du Chancelier Militaire, le Chevalier Sénateur fait partie de l'État Major des Saintes Armées et a accès à chaque Conseil de la Congrégation des Saintes Armées.
§9. En qualité de second du Chancelier Militaire, le Chevalier Sénateur peut être amené à gérer des dossiers ou des missions d'importances par délégation écrite du Chancelier Militaire.

Article Troisième : du Conseil des Chevaliers

§1. Le conseil des Chevaliers est composé de l'élite des Chevaliers de l'ordre. Le nombre de titres de chevalier octroyables étant illimité, et pour réguler les accès au Conseil des Chevaliers et à la crypte d’Isenduil, le titre de Chevalier d’Isenduil ne donne pas directement accès à la crypte de l’Office.
§2. Le conseil des Chevaliers a pour rôle de juger de la recevabilité d’un nouveau chevalier dans l’Ordre, de l'entrée du Chevalier d'Isenduil dans le Conseil, et se veiller au respect des statuts de la Congrégation des Saintes Armées.
§3. Le conseil des Chevaliers peut refuser un Cardinal Chargé des Saintes-Armées, pour cela la Curie devra communiquer au conseil le nom du futur Cardinal deux à trois jours avant la nomination, le conseil des chevaliers vote alors pour accepter le Cardinal.
§3.1. Si le conseil l’accepte, le nouveau Cardinal reçoit les insignes et prestes allégeances au pape en tant que Chancelier militaire.
§3.2. Si le conseil le refuse, le nouveau Cardinal ne recevra pas les insignes et ne sera pas Chancelier militaire, dans ce cas, un Chevalier-Sénateur serait élu.
Pour refuser un Cardinal, le vote doit être fait à la majorité des deux-tiers et le refus devra être motivé par une des raisons suivantes:
    -Non connaissance des affaires militaires;
    -Positions clairement et extrêmement pacifistes;
    -Mépris affiché envers l'ordre.
§4. En cas de vacance de la Chancellerie militaire, le conseil a pour rôle de nommer un Chevalier-Sénateur qui expédiera les affaires courantes.
§5. Le conseil des Chevaliers se réunit dans une crypte de la basilique Saint Titus : la crypte d’Isenduil où sont conservées plusieurs reliques du Grand Maître légendaire du Temple.
§6. Si le Cardinal Chargé des Saintes-Armées n’a pas reçut les insignes, sera convoqué le conseil des Chevaliers pour décider du sort du Cardinal un mois après l’élection du Chevalier-Sénateur. Le conseil décidera alors s’il souhaite reconnaître le cardinal comme Chancelier militaire par un vote à la majorité des deux tiers des votants, le vote sera ouvert durant une période de deux jours. C’est au « Chevalier-Sénateur » d’annoncer l’annoncer l’ouverture du vote.
§6.1. Si le conseil des Chevaliers choisit d’écarter le Cardinal de la Chancellerie militaire, le conseil des Chevaliers devra écrire une lettre privé au pape et à la Curie leur demandant de reconsidérer leur choix de Cardinal Chargé des Saintes-Armées, le « Chevalier-Sénateur » devra envoyer cette lettre à tous les cardinaux et au pape. Au contraire, si le conseil le reconnaît comme Chancelier militaire et le cardinal prend donc ses fonctions.
§7. Le conseil des chevaliers est habilité à modifier la charte de l'ordre sur proposition du Cardinal en Charge des Saintes-Armées ou du Chevalier-Sénateur par vote à la majorité des deux tiers.
§8. Le Conseil des Chevaliers peut s’apparenter à un conseil des sages des Saintes-Armées de part la diversité de ses membres et par leurs hauts faits ainsi que par leur petit nombre.
§9. Le Chancelier Militaire peut proposer à l'entrée dans le Conseil des Chevaliers ou une motion majoritaire de la Curie. Le Conseil des Chevaliers devra donner son avis consultatif par un vote.
§10. Les chevaliers du Conseil peuvent eux aussi soumettre des noms à l'anoblissement. Les noms doivent en premier lieu être soumis au droit de veto du Chancelier militaire avant de suivre la procédure établie.
§11. A son acceptation, le nouveau membre du Conseil devra prester serment
§11.1
Je jure ici de servir l'Église Aristotélicienne.
Je jure obéissance à l'Auditeur Général, au Chancelier militaire et au Chevalier Sénateur.
Je me conformerais à la Règle de l'Office Militaire et m'acquitterai de mes tâches au sein du Conseil des Chevaliers
d'Isenduil, en plaçant ma fidélité envers icelui.
Je porterais et ferais honneur aux insignes que l'on m'a remis lors de mon anoblissement.
Je n'abuserais point de ma situation et resterais impartial concernant les décisions prises ou à prendre.
Je fais vœu de silence concernant les propos tenus au sein du Conseil des Chevaliers d'Isenduil en n'en parlerais qu'avec les autres Chevaliers ou la Sainte Curie.

J'ai reçu le glaive au nom du Très-Haut, d’Aristote et de Christos.

Je jure de ne m'en servir que pour ma propre défense, pour celle de la Sainte Église, pour celle de la Foi Aristotélicienne et pour celle du Saint-Siège. Autant que l'humaine fragilité me le permettra, je ne blesserais personne injustement avec lui.

Je serais attentif au fait que ce n'est pas par le glaive, mais par la Foi, que les Saints ont vaincu les païens!


§11.2. Le serment des Chevaliers d'Isenduil prime sur tout autre. Ils servent directement la Congrégation des Saintes Armées. Même s'ils conservent leurs appartenances et fonctions au sein d'un Ordre militaro-religieux, une organisation laïque ou d'un Royaume, la prééminence de leur lien est envers l'Église et le Conseil des Chevaliers.

Article Quatrième : des fonctions effectives du Conseil

§1. Le Conseil des Chevaliers devra donner son accord, par un vote à la majorité relative, à la décision de la Curie ou du Pape d’élever un fidèle au rang d’Étoile de Rubis.
§2. Le Conseil des Chevaliers devra donner son accord, par un vote à la majorité relative, à la décision de la Curie ou du Pape d'élever un fidèle au rang de Chevalier d'Isenduil. Ce vote peut être antérieur à la décision curiale, s'il s'agit d'un fidèle proposé par l'Office, ou postérieur, s'il s'agit d'un fidèle proposé par la Sainte Curie. Dans tous les cas, l'accord du Conseil des Chevaliers est impératif pour permettre l'adoubement du futur Chevalier, qui se doit de reconnaître ses pairs.
§3. Le Conseil des Chevaliers peut s'opposer à une nomination ou à une remise d'Étoile dans l’Office de Nicolas V et demander étude du cas s'il dispose d'informations, de faits ou d'éléments laissant à penser que la personne distinguée n'en est pas digne. Cette opposition n'oblige pas la Curie à renoncer à sa décision, mais l'oblige à réétudier le cas soulevé par le Conseil des Chevaliers.
§4. Le Conseil des Chevaliers pourra s'opposer à la candidature de postulant au poste de Préfet des Vidames en motivant ses raisons par un rapport au Chancelier Militaire.
§5. Le Conseil des Chevaliers pourra s'opposer à la candidature de postulant au poste de Préfet Adjoint de la Garde Épiscopale en motivant ses raisons par un rapport au Cardinal Connétable de Rome.
§6. Le Conseil des Chevaliers pourra enquêter sur tout membre des Saintes Armées, y compris le Chancelier Militaire ou l'Auditeur Militaire s'il est en poste, après un vote à la majorité des deux tiers afin de lancer la procédure. Un Chevalier d'Isenduil sera nommé par le Conseil des Chevaliers et sera dénommé Chevalier Magistrat. A la fin de l'enquête, le dossier pourra être jugé par le Conseil des Chevaliers. Un vote à l'unanimité entraînera la destitution immédiate et effective de l'incriminé et le dossier sera transmis au Tribunal Interne de l'Église ou à la Sainte Inquisition pour d'éventuelles poursuites complémentaires.
§7. Le Conseil des Chevaliers pourra auditer ou procéder à des enquêtes administratives auprès de toute entité ou personnel de la Congrégation des Saintes Armées pour s'assurer de l'efficacité, de la rigueur ou de la régularité d'icelui ou d'icelle. La procédure sera lancée après un vote à la majorité des deux tiers afin de lancer la procédure. Un Chevalier d'Isenduil sera nommé par le Conseil des Chevaliers et sera dénommé Chevalier Questeur. A la fin de l'enquête, le dossier pourra être jugé par le Conseil des Chevaliers. Un vote à la majorité des deux tiers obligera l'entité à une réorganisation en profondeur, avec proposition et suivi du Conseil des Chevaliers. Concernant la personne, icelui devra se mettre en conformité avec les recommandations faites par le Conseil dans un délai imparti sous peine de se voir infliger une enquête conforme à l'article 6 avec nomination d'un Chevalier Magistrat.
§8. Le Conseil des Chevaliers pourra s'opposer à la candidature de postulant au grade de Lieutenant de l'Office des Trois Écus.
§9. Le Conseil des Chevaliers pourra démettre le Lieutenant des Trois Écus.

Article Cinquième : du Chevalier Légat

§1. Le Chevalier Légat est chargé de collecter et de synthétiser les informations venant des différentes assemblées.
§2. Il est proposé par le Chancelier Militaire et désigné par un vote du Conseil des Chevaliers, parmi les Chevaliers de l'ordre.
§3. Le Chevalier Légat est le porte parole des Saintes Armées
§4. Il doit faire preuve d'une attitude irréprochable en tout lieu car une erreur de sa part pourrait jeter le discrédit sur la Congrégation.
§5. A sa nomination, le Chevalier Légat prête serment devant le Conseil.
§5.1 Le Serment du Chevalier Légat:
Moi, [pseudo du chevalier prêtant serment], Chevalier de l'Ordre d'Isenduil, devant Dieu et devant les hommes, jure que je ne transmettrai aucune information sans en avoir reçu l'autorisation expresse du Conseil des Chevaliers.
Je jure, devant Aristote et devant Christos, que si cela arrivait, je me plierais au jugement de la Sainte Inquisition.
Par ce serment, je deviens Chevalier Légat et serviteur du secret religieux et militaire.






Si vous voyez une erreur, une faute d'orthographe ou un besoin de mise à jour, veuillez contacter un(e) des créateurs/créatrices de ce document afin de lui expliquer le problème, il/elle le corrigera dans les plus brefs délais. Mais aussi, si vous ne comprenez pas un passage ou que vous souhaitez plus d'approfondissement sur un ou plusieurs point(s), faites de même.

Ce document a été fait par Standro.
Il provient essentiellement du document Droit Canon sur les Saintes Armées édité par Kreuz.


Dernière édition par le Mer 19 Déc - 15:47, édité 3 fois

_________________
Archiviste de l'Ordre Lescurien
Amicalement Kaioh
avatar
Kaioh
Archiviste

Nombre de messages : 4112
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : Régulier

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lesroyaumes.com/

Revenir en haut Aller en bas

De l’Ordre de l’Étoile d’Aristote, office militaire dit offi

Message par Kaioh le Jeu 13 Déc - 22:41

Article Sixième : des Chevaliers Préfets

§1. Les Chevaliers Préfets sont des Chevaliers d'Isenduil membre du Conseil. Ils ne sont pas forcément membres d'un Ordre Militaro-Religieux.
§2. Les Chevaliers Préfets sont détachés dans chaque Ordre Militaro-Religieux. Il doit y avoir obligatoirement un Chevalier Préfet par Ordre Militaro-Religieux et éventuellement un second, en fonction de la taille de l'Ordre et des disponibilités des Chevaliers Préfets. S'ils sont deux, un sera considéré comme Préfet principal, le second n'agissant que pour l'assister et le suppléer.
§3. Leurs rôles sont d'assurer une liaison permanente entre les Ordres Militaro-Religieux et la Congrégation des Saintes Armées, de transmettre les informations et recommandations de celle-ci vers l'Ordre, de faire remonter les griefs, les anomalies ou les manquements concernant l'Ordre auxquels ils sont détachés.
§4. Ils sont nommés par le Conseil sur proposition du Chancelier Militaire et sont révocables à tout moment par icelui ou par un vote du Conseil.
§5. En cas d'absence lors d'une crise, le Chancelier ou le Chevalier Sénateur en suppléant, peut nommer un nouveau Chevalier Préfet sans délai pour ne pas pénaliser le déroulement des opérations durant une crise.
§6. Les Ordres de Chevalerie dicts Alliés Aristotéliciens, en fonction de leur engagement, de leur importance et de leurs activités, pourront se voir attribuer un Chevalier Préfet pour parfaire le lien avec la Congrégation des Saintes Armées.
§7. De par ce fait, les Chevaliers Préfets devront avoir accès aux États Majors des OMR et devront faire des rapports réguliers sur l'activité de l'ordre auquel ils ont été affectés.
§8. Pour devenir Chevalier Préfet, un Chevalier d'Isenduil doit présenter sa candidature au Chevalier Sénateur.
Celui-ci la présente au Conseil des Chevaliers et au Haut Conseil qui décident de sa validité. Si la candidature est acceptée, le Conseil donnera son affectation au nouveau Chevalier Préfet qui ne pourra pas la refuser.
§9. En cas de remplacement conformément au paragraphe cinquième, le Chevalier d'Isenduil désigné ne pourra refuser l'affectation le temps de la crise ou devra avoir un réel impératif justifié et justifiable pour être exempté de cette tâche.

Article Septième : des Chevaliers Magistrats

§1. Les Chevaliers Magistrats sont des Chevaliers d'Isenduil. Ils ne sont pas forcément membres d'un Ordre Militaro-Religieux.
§2. Leur rôle principal est de mener à bien une enquête portant sur un acte répréhensible commis par une ou plusieurs personnes affiliées ou rattachées à la Congrégation des Saintes Armées, quelque soit leur rang, titre ou charge.
§3. Il n'est généralement nommé qu'un seul Chevalier Magistrat par enquête. Cependant, suivant l'extrême complexité d'un dossier, le Cardinal Connétable avec l'accord du Conseil des Chevaliers peut nommer des Chevaliers Magistrats supplémentaires pour renforcer et soutenir le Magistrat principal.
§4. Les Chevaliers Magistrats sont nommés suite à un vote à la majorité des deux tiers du Conseil des Chevaliers permettant d'ouvrir une enquête. Les Chevaliers sont ensuite nommés par consensus par le Conseil des Chevaliers.
§5. La Sainte Curie peut demander la nomination d'un Chevalier Magistrat afin d'enquête envers une ou plusieurs personnes affiliée(s) directement à la Congrégation des Saintes Armées, à un Ordre Militaro-Religieux ou à un Ordre de Chevalerie Allié Aristotélicien.
§6. Le Haut Conseil des Saintes Armées peut demander la nomination d'un Chevalier Magistrat afin d'enquête envers une ou plusieurs personnes affiliée(s) directement à un Ordre de Chevalerie Allié Aristotélicien.
§7. Le Chevalier d'Isenduil nommé Magistrat ne pourra refuser cette fonction, ayant été choisi et désigné comme celui le plus à même d'accomplir correctement et impartialement l'enquête. En cas d'impératif réel, justifié et justifiable, le Chevalier nommé Magistrat pourra demander à être exempté de cette tâche.
§8. Les Chevaliers Magistrats ne sont nommés que pour le temps de leur enquête. A la fin de celle-ci, le Chevalier perd sa charge et ses prérogatives. Cependant, un Chevalier Magistrat peut enquêter sur plusieurs dossiers en même temps ou être reconduit dans ses fonctions pour une autre enquête à la suite d'un s'achevant.
§9. Les Chevaliers Magistrats devront rédiger un rapport détaillé de leur enquête à la fin de celle-ci et le remettre à l'autorité mandant l'enquête ainsi qu'au Conseil des Chevalier, mandant par défaut.
§10. Les Chevaliers Magistrats ont tout pouvoir pour mener à bien leur enquête : interrogatoire, inspection, consultation de registres ou parchemins, même secrets. Toute tentative d'obstruction ou de dissimulation envers un Chevalier Magistrat est en soit considéré comme un aveu de culpabilité.

Article Huitième : des Chevaliers Questeurs

§1. Les Chevaliers Questeurs sont des Chevaliers d'Isenduil présents au Conseil des Chevaliers. Ils sont membres d'un Ordre Militaro-Religieux ou de la Garde Épiscopale.
§2. Leur rôle principal est de mener à bien une consultation, un audit ou une enquête administrative auprès de toute entité ou personnel de la Congrégation des Saintes Armées pour s'assurer de l'efficacité, de la rigueur ou de la régularité d'icelui ou d'icelle ou encore sur un dysfonctionnement, une irrégularité, un point de règle discordant entre Ordres Frères.
§3. Il n'est généralement nommé qu'un seul Chevalier Questeur par audit. Cependant, suivant l'extrême complexité d'un dossier, le Cardinal Connétable avec l'accord du Conseil des Chevaliers peut nommer des Chevaliers Questeurs supplémentaires pour renforcer et soutenir le Questeur principal.
§4. Les Chevaliers Questeurs sont nommés suite à un vote à la majorité des deux tiers du Conseil des Chevaliers permettant d'ouvrir cette procédure administrative. Les Chevaliers sont ensuite nommés par consensus par le Conseil des Chevaliers.
§5. La Sainte Curie peut demander l'ouverture d'une enquête administrative auprès de toute entité ou personnel de la Congrégation des Saintes Armées ou à un Ordre de Chevalerie Allié Aristotélicien.
§6. Le Haut Conseil des Saintes Armées peut demander l'ouverture d'une enquête administrative auprès de toute entité ou personnel de la Congrégation des Saintes Armées ou à un Ordre de Chevalerie Allié Aristotélicien.
§7. Le Chevalier d'Isenduil nommé Questeur ne pourra refuser cette fonction, ayant été choisi et désigné comme celui le plus à même d'accomplir correctement et impartialement cette tâche de contrôle. En cas d'impératif réel, justifié et justifiable, le Chevalier nommé Questeur pourra demander à être exempté.
§8. Les Chevaliers Questeurs ne sont nommés que pour le temps de leur enquête administrative. A la fin de celle-ci, le Chevalier perd sa charge et ses prérogatives. Un Chevalier Questeur ne peut œuvrer que sur deux dossiers au maximum en même temps.
§9. Les Chevaliers Questeurs devront rédiger un rapport détaillé de leur audit ou enquête administrative à la fin de celle-ci et le remettre à l'autorité mandant l'enquête ainsi qu'au Conseil des Chevalier, mandant par défaut.
§10. Les Chevaliers Questeurs ont tout pouvoir pour mener à bien leur enquête administrative ou audit : interrogatoire, inspection, consultation de registres ou parchemins, sondages, collaboration avec les personnels connaissant le dossier, etc. Concernant les données classées confidentielles, le Haut Conseil des Saintes Armées devra habiliter le Chevalier Questeur à y avoir accès. Toute tentative d'obstruction ou de dissimulation envers un Chevalier Questeur est en soit considéré comme faute grave, car il n'a que pour objectif d'améliorer une situation problématique.
§11. Après la remise du rapport détaillé, les Chevaliers Questeurs devront diriger en collaboration avec les autorités mandantes la rédaction de solutions ou d'alternatives à la situation problématique. Un délai de résolution en outre sera fixé.
§12. Les Chevaliers Questeurs, après avoir collationné les données et étudié le cas, devront assister l'entité ou personnel de la Congrégation des Saintes Armées ou l'Ordre de Chevalerie Allié Aristotélicien à faire les modifications adéquates et à les mettre en application dans le délai imparti.
§13. En cas de non résolution de la problématique ou de manquements graves de l'entité ou personnel de la Congrégation des Saintes Armées ou de l'Ordre de Chevalerie Allié Aristotélicien, les Chevaliers Questeurs ou les autorités mandantes pourront demander à ce qu'un vote soit lancé concernant la nomination et l'envoi d'un Chevalier Magistrat.

Article Neuvième : du Chevalier Banneret

§1. Le Chevaliers Banneret est un Chevalier d'Isenduil. Il n'est pas forcément membre d'un Ordre militaro-religieux.
§2. Son rôle principal est d'encadrer, de coordonner, de superviser et de suivre toute les déplacements dont l'escorte incombe à une composante des Saintes Armées.
§3. Il n'est nommé et ne peut y avoir en poste qu'un seul Chevalier Banneret.
§4. Le Chevalier Banneret est nommé suite à un vote à la majorité des deux tiers du Conseil des Chevaliers.
§5. Le Chevalier d'Isenduil nommé Banneret ne pourra refuser cette fonction, ayant été choisi et désigné comme celui le plus à même d'accomplir correctement et impartialement cette tâche. En cas d'impératif réel, justifié et justifiable, le Chevalier nommé Banneret pourra demander à être exempté de cette tâche.
§6. Le Chevalier Banneret pourra nommer un Lieutenant pour l'assister dans ses fonctions de superviseur et contrôleur des escortes. Il devra pour cela obtenir l'accord du Conseil des Chevaliers.
§7. Le Lieutenant n'est pas forcément un Chevalier d'Isenduil. Le Lieutenant n'est pas forcément membre d'un Ordre militaro-religieux ou des Saintes Armées. Il peut être révoqué à n'importe quel moment par le Chevalier Banneret, par le Conseil des Chevaliers, par le Haut Conseil ou par le Cardinal Connétable de Rome.
§8. Le Chevalier Banneret ne pourra pas donner d'ordre direct à un membre des Saintes Armées, cependant il lui revient de trancher et de définir en fonction des ressources disponibles les détails d'une escorte.
§9. Toutes les composantes des Saintes Armées se doivent de collaborer le plus efficacement possible avec le Chevalier Banneret.
§10. Pour l'assister dans son suivi et son contrôle des escortes, la Congrégation des Saintes Armées et le Conseil des Chevaliers mettent à disposition du Chevalier Banneret et sous son commandement l'Office des Trois Écus.
§11. La mission première de la Congrégation des Saintes Armées en temps de Paix étant d'assurer la protection des clercs, l'Office des Trois Écus a pour tâche de coordonner les mouvements des Saintes Armées concernant les escortes et en temps de Guerre, d'assurer la navette des courriers et des messages pour le compte de la Congrégation.
§12. L'Office des Trois Écus est géré par les clercs de la Congrégation des Saintes Armées et entretient un réseau de relais et d'écuries.
§13. Toute Commanderie ou installation d'une composante de la Congrégation des Saintes Armées se doit de fournir monture reposée et rapide à un messager de l'Office des Trois Écus afin d'aider à la bonne transmission des informations.

Article Dixième : des Chevaliers

§1. Les chevaliers doivent tous être de fervents Aristotéliciens et ne jamais remettre en cause la primauté de la papauté sur n’importe quelque autre couronne ou allégeance.
§2. C'est au Chancelier militaire d'anoblir des chevaliers, pour cela, le conseil des Chevaliers doit donner son accord s'il est composé de plus de trois chevaliers. S’il y a moins de trois chevaliers, le Chancelier militaire peut anoblir qui il souhaite.
§3. Les seules personnes à pouvoir devenir chevalier sont : d'anciens ou d'actuels vidames, d'actuels ou d'anciens Grand Maistre d'ordre sous vassalité papale, d'anciens commandeurs de Croisade ayant atteint son but, d'anciens Cardinaux en Charge des Saintes-Armées, des chevaliers d'ordre ou encore des anciens Premier Lieutenant de la Garde papale. Toutefois, le Chancelier militaire peut anoblir, toujours avec l’accord du conseil des chevaliers, des personnes ayant fortement œuvré pour la gloire de l'Église et de la Congrégation des Saintes Armées.
De plus, le Chancelier militaire pourra proposer l'anoblissement de personnes à titre posthume.
§4. En échange de cela, les chevaliers de l’ordre s’engage à aider de quelque manière que ce soit une éventuel croisade que ce soit par la voie militaire, diplomatique, technique, financière ou encore religieuse,…
§5. Si un chevalier, qui était en mesure physique et morale de le faire, ne le fait, il peut-être exclu de l’ordre après le jugement du conseil des chevaliers.
§6. Les chevaliers sont des modèles pour les fidèles et surtout pour les membres d’ordres militaire, ils doivent et se doivent d’être l’élite de chevalerie en montrant au maximum les valeurs de la chevalerie comme l’honneur, le courage,…
§7. Lors de son anoblissement, le nouveau Chevalier d'Isenduil doit prester Serment. Le Chancelier Militaire lui posera la question :
Au nom de la Sainte Curie et de tous les fidèles,

Reçoit ce glaive au nom du Très-Haut, d’Aristote et de Christos. Sert-en pour ta propre défense, pour celle de la Sainte Église, pour celle de la Foi Aristotélicienne et pour celle du Saint-Siège. Autant que l'humaine fragilité te le permettra, ne blesse personne injustement avec lui. Qu'il daigne t'accorder cela.

Reçoit ce glaive sur ta cuisse, mais sois attentif au fait que ce n'est pas par le glaive, mais par la Foi, que les Saints ont vaincu les païens !

Veille contre la perfidie de la créature sans nom, et sois vigilant dans la Foi et la vertu.

Entends-tu cela? L’acceptes-tu?
A laquelle il devra répondre :
J'entends cela et l'accepte!
Le Cardinal lui demandera alors :
Continueras-tu à servir l’Église, le Très-Haut et les fidèles selon les préceptes qui t’ont été enseignés?
Si la réponse de l'adoubé est affirmative, il devient Chevalier d'Isenduil après la confirmation du Cardinal :
Aujourd'hui, [jour auquel se déroule l'adoubement], je vous fais, au nom de la Sainte Curie, de l'Église Aristotélicienne, du Très-Haut et des deux prophètes, Chevalier de l'office militaire de l'Ordre de l'Étoile d'Aristote. Puisse Dieu continuer ce qu'Il a commencé en vous.





Si vous voyez une erreur, une faute d'orthographe ou un besoin de mise à jour, veuillez contacter un(e) des créateurs/créatrices de ce document afin de lui expliquer le problème, il/elle le corrigera dans les plus brefs délais. Mais aussi, si vous ne comprenez pas un passage ou que vous souhaitez plus d'approfondissement sur un ou plusieurs point(s), faites de même.

Ce document a été fait par Standro.
Il provient essentiellement du document Droit Canon sur les Saintes Armées édité par Kreuz.


Dernière édition par le Mer 19 Déc - 15:47, édité 1 fois

_________________
Archiviste de l'Ordre Lescurien
Amicalement Kaioh
avatar
Kaioh
Archiviste

Nombre de messages : 4112
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : Régulier

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lesroyaumes.com/

Revenir en haut Aller en bas

De l’Ordre de l’Étoile d’Aristote, office militaire dit offi

Message par Kaioh le Sam 15 Déc - 11:20

Article Onzième : des distinctions des grades et fonctions

§1. Le chevalier-Sénateur portera un collier de gueules avec en fond une étoile d’or et d’argent (cf. annexe §1 de la charte de l’ordre)
§2. Un Chevalier issu d'un Ordre sous vassalité papale portera un collier de gueules avec quatre croix de Jérusalem (2 à dextre et 2 à senestre) (cf. annexe §2 de la charte de l'ordre) contrairement au Chevalier standard (cf. annexe §3 de la charte de l'ordre).
§3. Le Chevalier Légat portera un collier de gueules avec un liseré de sable (cf. annexe §4 de la charte de l'ordre)
§4. Les Chevaliers Préfets porteront un collier d'argent avec un liseré de gueules (cf. annexe §5 de la charte de l'ordre)


Annexe

§1. Chevalier Sénateur :


§2. Chevalier issu d'un ordre sous vassalité papale (OMR) :


§3. Chevalier :


§4. Chevalier Légat :


§5. Chevaliers Préfets :






Si vous voyez une erreur, une faute d'orthographe ou un besoin de mise à jour, veuillez contacter un(e) des créateurs/créatrices de ce document afin de lui expliquer le problème, il/elle le corrigera dans les plus brefs délais. Mais aussi, si vous ne comprenez pas un passage ou que vous souhaitez plus d'approfondissement sur un ou plusieurs point(s), faites de même.

Ce document a été fait par Standro.
Il provient essentiellement du document Droit Canon sur les Saintes Armées édité par Kreuz.

_________________
Archiviste de l'Ordre Lescurien
Amicalement Kaioh
avatar
Kaioh
Archiviste

Nombre de messages : 4112
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : Régulier

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lesroyaumes.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: III - De l’Ordre de l’Étoile d’Aristote, office militaire di

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum