Dogme et liturgie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dogme et liturgie

Message par Kaioh le Sam 11 Oct - 14:36

:sl: Dogme et liturgie :sl:




Afin de faciliter l'utilisation de ce rayon, il vous est possible de retourner au sommaire ci-dessous en cliquant sur les titres des sujets que vous avez consulté.
Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, qu'il y a une imperfection ou qu'un besoin de mise à jour est nécessaire, veuillez suivre la démarche dictée dans le chapitre "À lire!" à cet endroit.

Bonne lecture!

Sommaire

Credo

Sacrements



Dernière édition par Kaioh le Sam 28 Nov - 20:04, édité 1 fois

_________________
Archiviste de l'Ordre Lescurien
Amicalement Kaioh
avatar
Kaioh
Archiviste

Nombre de messages : 4112
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : Régulier

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lesroyaumes.com/

Revenir en haut Aller en bas

Credo

Message par Pouyss le Dim 2 Nov - 17:27

Credo



Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
Le fils de Nicomaque et de Phaetis,
Envoyé pour enseigner la sagesse
Et les lois divines de l'univers aux Hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

Je crois en l'action divine;
En la Sainte Église Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la vie éternelle.

AMEN





Ce document a été fait par Pouyss et Kaioh.
Écrit en 123 par Olcovidius.


Dernière édition par Pouyss le Dim 2 Nov - 18:12, édité 1 fois
avatar
Pouyss
Bienheureux

Nombre de messages : 2032
Localisation IG : Fécamp (dans son cercueil)
Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

Voir le profil de l'utilisateur http://pouyss.boardonly.com

Revenir en haut Aller en bas

Credo commenté par Son Éminence Aaron de Nagan, Cardinal de la Sainte - Post 1

Message par Pouyss le Dim 2 Nov - 17:33

Credo commenté par Son Éminence Aaron de Nagan, Cardinal de la Sainte Église Aristotélicienne



Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant,

Dieu est tout puissant, car sans lui rien ne peut exister. Dieu est la source de toute chose, de la matière comme du vide, si bien qu’avant la création du monde, il n’existait même pas de vide, car même le vide est quelque chose. On appelait alors cet état sans existence «le Néant», où seul Dieu était.

Le temps, le mouvement, l’existence et le savoir sont issu de Dieu Lui-même. Il est la source de toutes choses. Il est omnipotent, car il suffit à Dieu de penser pour que le monde se fit, Il est omniscient, car Il est la source même du savoir et de l’existence, Il est omniprésent, car tout est issu de Lui et tout est en Lui.

Enfin, le Très-Haut, par son statut de divin, de source de la Création, est infini et éternel. Par Lui tout s’est fait, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans Lui. Il est l'Alpha et l'Omega, ce qui signifie «le premier et le dernier».

Créateur du Ciel et de la Terre,

Cette phrase est à la dimension de l’homme. Par cette réplique, l’on tente d’englober l’ensemble de la Création, car de notre condition, le ciel et la terre sont partout. En affirmant que le Très-Haut créa le ciel et la terre, où que nous positionnons notre regard, de l’Orient à l’Occident, du Septentrion au Midi, nous ne faisons que contempler l’œuvre de Dieu, et uniquement celle-ci.

Par le ciel et la terre, on réunit donc l’ensemble de la création visible par l’homme, car la réplique suivante définira ce qui lui est invisible. Cependant, le ciel et la terre ne se résument pas aux arbres, à l’humus, aux nuages ou à la pluie, ils s’étendent aussi à l’homme, à l’ensemble des créatures vivantes, mais également aux sentiment, aux émotions, à tous ce que l’homme peut vivre ou ressentir et par qui ces sentiments existent.

Des Enfers et du Paradis,

Comme tout est issu de Dieu, le Tout-Puissant est également à l’origine des Enfers et du Paradis. C’est le monde invisible, par opposition au monde visible qu’est le ciel et la terre, comme nous venons de le démontrer. Le Livre des Vertus est une source appréciable pour connaître ces lieux, notamment dans sa troisième partie qui à pour titre «L’Éclipse» et où un jeune homme fait un songe durant lequel il visitera à la fois les Enfers sélénites et le Paradis solaire.

Car bien que nous évoquions de temps à autre que nos morts aillent au ciel, c’est en fait sur le Soleil qu’ils se rendent, terre d’accueil des enfants défunts du Très-Haut, terre de la Cité Céleste. C’est là, derrière l’image que nous avons des grilles du Paradis qu'Aristote et Christos, entourés des archanges et d’anges, attendent ceux qui auront réussi à vivre une vie exemplaire, vertueuse, aristotélicienne… À l’inverse, le sol lunaire attendra les hérétiques, les incroyants et les infidèles qui n’auront pas cru en l’existence de l’Éternel.

Sur la Lune règne les sept démons qui caractérisent les sept péchés capitaux, par opposition aux sept archanges qui symbolisent les sept vertus fondamentales de l’Aristotélisme et qui, eux, vivent auprès du Créateur.

Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Le chapitre de L’Éclipse du Livre des Vertus est un texte important pour connaître ce qui nous attend dans l’au-delà. Sypous, personnage principal de cette partie, nous relate sa confrontation avec le Tout-Puissant durant son songe, où il Lui dit : «J’ai compris le sens du Salut. Lorsqu’un humain a vécu dans la vertu, s’étant ainsi conformé à Ta divine parole, transmise par le prophète Aristote et par Christos, le messie, Tu lui accordes le droit d’accéder en ces lieux, au Paradis, au sein du soleil. S'il se détourne de la vertu, refusant d’écouter Ta divine parole, qu’il s’abandonne aux plaisirs terrestres, à l’égoïsme, à la tentation, à de fausses divinités, Ton infinie sagesse t’amène à l’envoyer en Enfer, sur la lune, pour y être puni pour l’éternité. Tu nous aimes, mais c’est également à nous de T’aimer».

Ce passage résume les deux possibilités qui s’offriront à nous lorsque nous serons face à Dieu le jour de notre mort. Nous nous soumettrons alors à son jugement. Cependant, le Très-Haut nous laisse une chance, un choix, une dernière possibilité de nous racheter, si nous venions à Le rejoindre plus vite que nous l’aurions pensé.

En effet, dans son infinie mansuétude, Dieu nous permet de revenir à la vie si arrivé devant Lui, nous ne nous estimions pas assez vertueux pour mériter le Paradis, qu’au vu de notre vie la sentence pourrait bien être la damnation éternelle à l’Enfer lunaire. Choisir de revenir à la vie, c’est vouloir changer de mode d’existence et se tourner désormais vers l’Aristotélisme et ses valeurs, car le deuxième jugement pourrait bien être sans appel…

Et en Aristote, son prophète,
Le fils de Nicomaque et de Phaetis,


Aristote le sage, serviteur du Très-Haut, à qui le verbe divin a été révélé et qui annonça la venue du Salut et de la lumière.

Depuis Oane, premier être humain à comprendre Dieu et à conduire la communauté originelle du Tout-Puissant, les Hommes s’étaient peu à peu détourner de Dieu pour finalement oublier jusqu’à Son existence. C’est alors qu’Il décida de poser la première pierre d’un édifice qui allait devenir sans doute la deuxième plus belle œuvre de Sa création : l’Église.

Aristote fut éclairé par la lumière divine, sa raison et ses enseignements allaient ouvrir le monde sur une nouvelle ère, celle du retour de la communauté des hommes dans le sillage de l’Amour infini du Très-Haut. Il était la première partie du binôme fondateur de l’Institution de Dieu et il annonçait déjà celui qui le complèterait : Christos.

Envoyé pour enseigner la sagesse
Et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.


Trois logions, symboles du message de Christos qui sont certaines de ses paroles révélatrices mises par écrit, servirons à nous expliquer, ou en tous cas nous aiderons comprendre ce passage du Credo.

Dans le logion III, Christos disait : «Mes amis, l'âme est composée de deux parties : la compréhension et le savoir. Aristote est venu vous apporter la compréhension, moi je suis venu vous apporter le savoir. Entre Aristote et moi se tient toute la différence qui existe entre convaincre et persuader». Cette phrase, peut être compliquée, doit être associée à deux autres logions afin d’être éclairée. Il s’agit des logions IV et V dans lesquels Christos affirme : «La foi apporte la vérité. Mais pour la comprendre, il nous faut user de la raison» et «La raison et le mysticisme permettent tous deux de comprendre Dieu, chacun d'eux se retrouvant dans chacun de nous. À vous de trouver votre chemin vers le Très-Haut en vous inspirant de la raison d'Aristote et de mon mysticisme.»

Nous sommes donc face à plusieurs éléments de nous même, de notre âme et de notre esprit : la foi, la raison, la compréhension, le savoir et le mysticisme. Aristote touche plus particulièrement notre esprit, car Dieu se révèle tout d'abord dans sa doctrine lumineuse et ses enseignements, doctrine qui annonçait de manière prophétique l'enseignement de la Lumière d’une façon tout autre mais non moins complémentaire par le prophète Christos.

Foi et Raison sont comme les deux facettes d'une même réalité, comme l’exprime le logion que nous venons de citer : «La foi apporte la vérité, mais pour la comprendre, il nous faut user de la raison»... Une même réalité qui forme un ensemble éclairé par les prophéties divines transmises aux hommes par l’intermédiaire d’Aristote et Christos. La vérité de la Raison et la compréhension furent l’œuvre du philosophe grec; elles furent le premier élément de cet universel sentiment que l’homme a retrouvé depuis la chute du paganisme : la Foi et la conscience de l’existence d’un seul et unique dieu : le Très-Haut.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.


Christos est messie, guide et miroir de la divinité.

Devant le spectacle impie qu’offrait l’humanité, Dieu décida, dans son infinie bonté et sagesse, qu’il était temps pour les hommes de voir arriver celui qui fut annoncé par Aristote, pour apporter le divin enseignement, incarnant par la même l’amitié vertueuse et le philanthropisme.

Christos aura la volonté d’aller enseigner à toutes les nations, de compléter l’ouvrage entamé par son illustre prédécesseur dans l’optique de l’établissement d’une Institution forte, morale et vertueuse, au service du Créateur duquel Il avait reçu la vérité divine.

Il affrontera sans relâche les tentatives perverses de la bête sans nom, il luttera par la foi, la sagesse et la non-violence contre ceux qui l’empêcheront de délivrer son message. Il finira enfin par s’offrir à l’humanité afin de montrer à Dieu que l’homme peut atteindre l’amitié parfaite vertueuse et unitive jusqu'à se sacrifier pour les autres sans rien attendre en retour.

Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.

Christos est, comme nous l’avons expliqué précédemment, le message complémentaire du Très-Haut et indispensable à la compréhension de la foi aristotélicienne. Par Aristote, emblème de la Raison, les pauvres d'esprits apprendront la science, et par Christos, porteur de la Foi, les savants progresseront dans la sagesse et dans la piété. L'équilibre prophétique divin trouve là son fondement.

L'étude de la philosophie et de la théologie doit être développée dans cet esprit d'union, et les théologiens seront conscients que de la beauté et de la pureté de leur doctrine découlera l'image que les fidèles se feront de la beauté même de Dieu. Ainsi les Livres Saints de la Révélation de Christos et ceux de la Révélation du Logos écrits par Aristote devront être lus de concert et se complètent mutuellement.

Voilà pourquoi Christos nous indique le chemin du Paradis. Par sa doctrine, sa foi et son message, il complète son prédécesseur dans une indispensable explication du mysticisme et de la foi. Il faut trouver le juste milieu entre les vertus et les péchés, entre les vertus elles-mêmes et entre la foi, car il ne suffit pas d’être vertueux pour être Aristotélicien, il faut aussi croire, il faut avoir la foi, il faut être persuadé par le message de Christos. C’est en cela que sa vie exemplaire est essentielle et c’est par ce qu’elle est exemplaire, que celle-ci nous mène tout droit au Paradis solaire.

C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyre pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.


«Lui, aimant jusqu'à la fin, Homme parfait pur de tout péché accepta ce sort avec humilité, afin de réparer par son sacrifice volontaire les péchés de tous les Hommes passés, présents et futurs et pour établir à jamais l'amitié entre les Hommes et avec Dieu.»

Christos fut condamné à la croix, comme plus tard beaucoup des premiers Aristotéliciens. Mais ce qu’il y a d’admirable dans ce fait, c’est que Christos s’est offert lui-même à l’humanité pour réparer les fautes qu’elle avait commise au cour des siècles, fautes qui l’avait amené à renier l’existence de Dieu. Par son sacrifice, Christos apporte le salut et prouve à Dieu que l’on peut offrir, jusqu’à son propre corps, sa propre vie, sans rien attendre en retour et pour le bénéfice des autres.

La volonté de Christos en se donnant aux hommes est que ceux-ci adhèrent à l’Église de Dieu, croient et fondent leurs existences sur les principes aristotéliciens, la foi, les enseignements prophétiques de la raison et du mysticisme, et enfin, qu’ils imitent sa propre vie pour le salut de leurs âmes et la plus grande gloire du Royaume de Dieu.

Pour que jamais nous n’oublions, Christos institua le sacrement de l’amitié que nous répétons à chaque office. Le pain et le vin, symbole du prophète offert à l’Humanité, sont ainsi partagés à chaque célébration pour symboliser le partage et les liens qui lient ainsi les fidèles de l’Église, ceci, en sa propre mémoire et en celle du Très-Haut qui l’avait envoyé.

Je crois en l'Action Divine;

L’Action Divine se manifeste quotidiennement par la foi des fidèles aristotéliciens. La seule survivance de la Sainte Église à travers les premiers siècles de notre ère et jusqu’à nos jours en est la preuve la plus fondamentale. Persécutés, crucifiés, martyrisés, les premiers Aristotéliciens n’en sont pourtant pas resté à une simple communauté numériquement faible. A travers l’espace et le temps, grâce à la Foi, vivifié par l’Action Divine, l’Aristotélisme s’est développé malgré les contraintes et les vilénies que l’autorité en place infligeait aux premiers fidèles.

L’Action Divine, c’est l’espoir et la Foi, insufflée par Dieu aux hommes à travers l’Église qui canalise et centralise celle-ci pour la redistribuer à l’ensemble des fidèles, animant et inspirant cette volonté de se rapprocher toujours plus du divin à travers les sacrements donnés par la Sainte Institution de Dieu sur Terre elle-même.

L’Action Divine, c’est la sève de l’arbre qui permet à celui-ci de grandir sans cesse, de porter feuilles et fruits…





Ce document a été fait par Kaioh et Pouyss.
Ce document est tiré de la Bibliothèque romaine, écrit par Aaron.


Dernière édition par Pouyss le Dim 2 Nov - 18:12, édité 2 fois
avatar
Pouyss
Bienheureux

Nombre de messages : 2032
Localisation IG : Fécamp (dans son cercueil)
Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

Voir le profil de l'utilisateur http://pouyss.boardonly.com

Revenir en haut Aller en bas

Credo commenté par Son Éminence Aaron de Nagan, Cardinal de la Sainte - Post 2

Message par Pouyss le Dim 2 Nov - 17:35

En la Sainte Église Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;

La Sainte Église Aristotélicienne trouve ses racines à la fois en terre hellénique et en terre sainte. C’est l’union entre les deux enseignements des prophètes Aristote et Christos qui donna naissance à la Sainte Institution. Ils sont le fondement même de la parole divine et sans lesquels l’Église n’existerait pas.

Cependant, c’est à Christos que l’on doit la création institutionnelle de l’Église de Dieu. En effet, lors d’un repas il interpela Titus, l’un des ses apôtres préférés, et le chargea de l’aider à construire l’Église pour la plus grande gloire des Cieux. A ses autres disciples, il confia la lourde tâche de porter la bonne parole à travers l’empire romain qui pourchassait à cette époque tous ceux qui se revendiquaient de la philosophie aristotélicienne.

Aujourd’hui, les évêques sont les successeurs des apôtres de Christos, et le premier d’entre eux est le successeur de Titus, l’évêque de la Ville Éternelle, voilà pourquoi on la nomme «Romaine», c'est également pour cela qu'elle est apostolique.

En outre, elle est «Sainte», car Institution de Dieu. Elle est «Une», car les fidèles ne forment qu’une seule et même famille, dont le père est le Créateur Lui-même. Elle est donc «Indivisible», car «Une». Dieu étant Un, la foi étant basée sur l’amitié unitive, tout schisme est donc considéré comme un reniement de l’Église primaire fondée par Christos, et un reniement d’une partie de la famille à laquelle on appartient, sinon de l’autorité ou de la légitime succession du premier représentant de Dieu sur Terre.

Enfin, par son statut d’institution de Dieu par laquelle Il fait entendre sa voix, la Sainte et Immuable Église Aristotélicienne est seule qualifiée pour interpréter l'enseignement divin. Elle veillera ainsi en bon pasteur, comme le fut Christos, au maintien de l'unité de la Foi, de l'harmonie de la doctrine, et de la concorde entre les croyants.

En la communion des Saints;

Cette réplique est d’une importance majeure, car elle symbolise l’union universelle de l’Église à travers le temps, l’univers visible et invisible. On nomme aussi «communion des Saints» : l’amitié Aristotélicienne.

Lorsque l’on devient fidèle de la Sainte Église Aristotélicienne par le baptême, nous sommes invités à tendre vers le divin. Or, tendre vers le divin, c’est tendre vers l’état de sainteté, état que tout fidèle est invité à atteindre… Pour notre Sainte Mère l’Église, le fidèle est Saint quand il a atteint le paradis solaire, gage d’une vie qui fut vertueuse, du moins, suffisamment pour que le Très-Haut ait accordé Sa confiance et le droit de vivre éternellement dans la Cité Céleste.

À côté des fidèles, devenu saints par leur accession au Paradis solaire, nous trouvons les Saints placer sur un piédestal par la Sainte Église. Ceux-ci sont ceux qui ont eut une vie plus vertueuse encore que la normale. Ils sont distingués, car l’Église est certaine qu’ils ont atteint le Soleil sans entraves ni difficultés. Ils sont élevés en modèle de sanctification et intercèdent auprès du Tout-Puissant lorsque les fidèles d’ici bas leur adressent des prières.

Enfin, comme nous le spécifions au début de ce paragraphe, la communion des Saints ne se limite pas aux défunts, elle englobe ce que l’on nomme l’Église Militante et l’Église Triomphante. La première étant l’Église d’ici bas, la seconde étant l’Église des Cieux, toutes deux rassemblées en une seule et même Église pour la plus grande gloire de Dieu.

La communion des Saints doit être, avant tout, une communion de toutes les âmes en Celui qui est la vie, la Lumière et l'Amour.

En la rémission des péchés.

Un théologien du Saint Office, la congrégation qui à pour charge la conservation et l’analyse des écritures et des dogmes, faisait remarquer que les érudits des temps anciens et de nos jours affirmaient par calcul que la Lune était beaucoup plus petite que le Soleil, lui-même immensément plus grand que la Terre. Or, comme nous le savons, le Soleil est la terre d’accueil du Très-Haut pour les âmes des défunts.

Ainsi, nous pouvons donc en déduire, que Dieu, dans son infini sagesse et sa pleine omniscience savait que l’Homme ne serait pas foncièrement mauvais, mais justement qu’il chercherait à se faire pardonner des fautes commises, puisqu’Il a prévu un lieu infiniment plus grand pour les âmes sauvées que pour les âmes damnées.

Avec l’Amour, le Pardon est sans doute le plus beau cadeau que le Seigneur peut nous donner après le don de la vie elle-même. Dieu, dans son infinie mansuétude, pardonne aux hommes leurs fautes, leurs péchés. Cependant, l’homme doit croire en cette rémission, en ce cadeau. Il doit entreprendre cette démarche dans l’optique sincère de se voir lavé du mal commis.

Et c’est par la confession que Dieu nous accorde son pardon. Lorsque l’on partage ses peines et ses regrets avec quelqu’un, un prêtre, on entreprend la démarche de se soulager d’un sentiment, d’un souvenir de culpabilité. «Le commencement des bonnes œuvres, c’est la confession des œuvres mauvaises. Tu fais la vérité et tu viens à la Lumière.»

Parfois, ce sera dans la souffrance que l’on lavera ses péchés, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut la rechercher, car Dieu ne le veut pas ainsi. Si elle se présente, si on la subit, il faut la prendre comme une épreuve à surmonter grâce à la foi retrouvée en la rémission du péché, pour la rendre plus forte encore qu’avant. C’est là, le but de la pénitence, renforcer la Foi à travers un sacrifice du corps et de l’esprit et recouvrer pleinement Dieu et la communion des Saints.

Croire en la rémission des péchés, c’est donc croire en l’infinie bonté du Très-Haut, en son amour infini, en son pardon gracieux et gratuit. La seule rétribution qu’il demande en retour, c’est de l’aimer!

En la vie éternelle.

La vie éternelle sera l’affaire de tout Homme. Qu'il soit bon ou mauvais, après sa mort il sera confronté au jugement divin qui décidera si l’Homme est condamné à l’enfer lunaire ou au paradis solaire pour l’éternité. Le premier est bien entendu un monde de souffrance et de malheurs que se partage les sept ange-démons symbolisant chacun un des grands péchés. Chaque homme jugé indigne du paradis solaire sera affecté à l’un d’eux selon le vice vers lequel il aura le plus tendu.

Le second est le monde de Dieu, le lieu de la Cité Céleste où sont rassemblé l’ensemble des fidèles de la Sainte Église qui ont mené une vie exemplaire, empreinte de vertu. On y retrouve Aristote, Christos, Oane, le premier d’entre les humains à avoir compris Dieu, les sept archanges et les myriades d’anges, les saints, nos frères et nos sœurs en l’Église…

Ceux qui sont dans la gloire du Ciel, auprès du Père universel et créateur, vive pour l’éternité à ses côtés dans la pleine béatitude et l’amour infini du Tout-Puissant. La vie éternelle au sein de l’Église Triomphante de la Cité Céleste est le point d’aboutissement de la Foi du fidèle Aristotélicien.





Ce document a été fait par Kaioh et Pouyss.
Ce document est tiré de la Bibliothèque romaine, écrit par Aaron.


Dernière édition par Pouyss le Dim 2 Nov - 18:13, édité 1 fois
avatar
Pouyss
Bienheureux

Nombre de messages : 2032
Localisation IG : Fécamp (dans son cercueil)
Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

Voir le profil de l'utilisateur http://pouyss.boardonly.com

Revenir en haut Aller en bas

Le baptême

Message par Pouyss le Dim 2 Nov - 17:39

Le baptême



I) Aspect dogmatique

"L'amitié Aristotélicienne" au sens large, qui est une communauté de vie : par le Baptême chaque baptisé serait introduit dans une union spirituelle en puissance qui serait donc un contact spirituel avec tous les autres baptisés.
Le baptême introduit le fidèle dans une union avec les autres baptisés et une communion avec les Saints.

Le baptême, ou rite d'entrée dans l'Église Aristotélicienne, donne au nouveau croyant les prémisses de l'amitié Aristotélicienne parfaite. Cette amitié est encore en puissance et demande à être développée par un contact avec Dieu dans la prière et les sacrements, et aussi par le témoignage de douceur et de compassion avec les autres.

Le baptême introduit donc dans une famille divine et humaine. Divine, car il met en relation avec Dieu. Humaine, car il intègre dans la société humaine de l'Église Aristotélicienne.
II) Formalités administratives

Le baptême possède cette dimension spirituelle, mais il possède aussi une valeur juridique. Comme tel, certaines formalités doivent l'accompagner.

Baptême des enfants

Pour un enfant ou un simple d’esprit la présence d'un parrain et d'une marraine lors de la cérémonie est obligatoire. Leur devoir sera de veiller à l'éducation religieuse de l'enfant. Les parents peuvent faire office de parrain/marraine Aristotéliciens.
Si l’enfant n’a pas l’âge de comprendre le sens de cette cérémonie, il ne doit pas être inscrit aux registres et il ne le fera lui-même que le jour où il demandera confirmation de ce baptême.

Baptême des adultes (ou confirmations pour un adulte ayant été baptisé enfant)

A) En faire la demande explicite.

B) Être reconnu saint d’esprit et capable de comprendre l’engagement.

C) Ne pas être déjà baptisé.
S’il est déjà baptisé nous avons 2 cas :
    C1) Si c'est dans l'Église Aristotélicienne on peut par contre faire une confirmation du baptême (c'est l'idéal si le baptisé a déjà pour des raisons RP signalé avoir été baptisé).
    La confirmation est en générale utilisée pour les adultes qui ont été baptisés enfants, ou ceux dont les traces du baptêmes ont été perdues ou entachées d’irrégularité).
    C2) Si c’est dans une Église hérétique ou carrément une religion différente. Il faut en premier que le candidat renonce à ce baptême et rejette ça foi en disant avoir été trompé. Il subira une pénitence en rapport avec le niveau d’hérésie de son ancienne religion.
    Il devra juste avant de recevoir le sacrement rappeler clairement et honnêtement qu’il renonce à ses anciennes croyances pour entrer pleinement et totalement dans l’amitié Aristotélicienne. Dans le cas d’une reconversion la présence d’un parrain baptisé est obligatoire.
D) Être inscrit aux registres du Vatican.

E) C'est au curé de la paroisse que revient la tâche et la responsabilité d'organiser ce sacrement, en cas d'empêchement ou dans le cas où il n'y aurait pas de curé ou de diacre, l'officiant peut être un clerc reconnu par l’Église Aristotélicienne et n'étant pas sujet à interdiction.
Dans le cas du baptême de nobles ou de personnages importants, le clerc responsable peut demander à son Évêque ou un Cardinal de diriger la cérémonie.

F) Le parrainage est hautement souhaité, mais non une obligation, à part pour les reconversions. Toutefois la personne faisant office de parrain ou de marraine doit être baptisée et non sujet à interdiction.

III) La cérémonie liturgique

Un exemple conseillé de cette cérémonie se trouve en point IV. Il peut être suivi (préférable), mais n'est pas obligatoire du moment que certains points sont présents :
1) Aspersion d'eau accompagné des paroles : "Je te baptise au nom de l’Église Aristotélicienne et au nom du Très-Haut, pour l’amitié de tous les Saints et pour l’amour du père de l’humanité".

2) Déclaration solennelle de la Foi Aristotélicienne par le baptisé ou les parrains et marraines si le baptisé n'a pas l’âge de raison.

IV) La cérémonie type

1) Brève présentation de l'importance de la cérémonie et sur son sens, en reprenant les points :
    -agrégation à la communauté des croyants;
    -illumination de l'âme par la Foi;
    -début du chemin de purification;
    -libération de la vision purement matérielle du monde : accession au monde des idées;
    -promesse du Paradis solaire.
2) Introduction solennelle dans l'Église pour signifier l'acceptation du nouveau croyant par la communauté et le statut de nouvelle maison que l'Église possède pour le croyant.

3) Arrivée devant le baptistère.

Lecture d'un texte du Dogme
Exemple : Livre des Vertus, Tome I : Le mythe Aristotélicien, La Création, Chapitre VII : L'amour

"Nous sommes certes enchaînés à la matière, certes soumis à ses lois, mais notre but est de tendre vers Toi, l’Esprit Éternel et Parfait. Donc, selon moi, le sens que Tu as donné à la vie est l’amour."

Alors Dieu dit :
"Humain, puisque tu es le seul à avoir compris ce qu’était l’amour, Je fais de tes semblables Mes Enfants. Ainsi, tu sais que le talent de ton espèce est sa capacité à M’aimer et à aimer tes semblables. Les autres espèces ne savent aimer qu’elles-mêmes."
4) Serment d'allégeance à l'Église Aristotélicienne fait par le nouveau croyant.

Affirmation du Credo :
Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
Le fils de Nicomaque et de Phaetis,
Envoyé pour enseigner la sagesse
Et les lois divines de l'univers aux Hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

Je crois en l'action divine;
En la Sainte Église Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la vie éternelle.

AMEN

5)Baptême proprement dit par immersion : rite de purification des fautes passées.

Aspersion d'eau accompagnée des paroles : "Je te baptise au nom de l’Église Aristotélicienne et au nom du Très-Haut, pour l’amitié de tous les Saints et pour l’amour du Père de l’humanité."

6) Le baptisé reçoit un cierge et le célébrant le renvoie par une exhortation à porter par ses exemples la lumière aux autres et lui dit ce qu'il a gagné par le baptême et ce qu'il risque de perdre en trahissant son engagement solennel par une conduite déshonnête.

7) Le baptisé reçoit aussi une médaille Aristotélicienne de couleur bleu cyan, couleur des fidèles Aristotéliciens baptisés, ils pourront l’utiliser sur leurs signatures afin d’afficher leur engagement Aristotélicien.

Fin du baptême





Ce document a été fait par Pouyss et Kaioh.
Il provient de la Bibliothèque romaine.


Dernière édition par Pouyss le Dim 2 Nov - 18:14, édité 1 fois
avatar
Pouyss
Bienheureux

Nombre de messages : 2032
Localisation IG : Fécamp (dans son cercueil)
Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

Voir le profil de l'utilisateur http://pouyss.boardonly.com

Revenir en haut Aller en bas

Le mariage

Message par Pouyss le Dim 2 Nov - 17:44

Le mariage



I) Aspect dogmatique

Chapitre premier: L'amitié incarnée.

Le dogme de l'amitié aristotélicienne précise:

"L'Amitié Aristotélicienne" au sens large, qui est une communauté de vie: Par le Baptême chaque baptisé serait introduit dans une union spirituelle en puissance qui serait donc un contact spirituel avec tous les autres baptisés. ce point rejoint la notion traditionelle du Baptême qui introduit dans la communion des Saints.

Cette union spirituelle avec tous les baptisés s'exprime plus particulièrement entre l'époux et l'épouse dans le cadre du mariage. Les époux, par un amour pur et désinteréssé, sont appellés à former cette amitié parfaite qui est le gage de la sainteté aristotélicienne. A travers cette union si belle des époux c'est Dieu lui-même, source de tout amour, qui est glorifié.
Ainsi l'amitié aristotélicienne s'incarne particulièrement dans le mariage et y trouve une authentique réalisation.
Le mariage est indispensable à l'amour incarné, car il fonde une communauté de vie qui débouchera sur la mise au monde d'enfants et la fondation d'une famille, afin de rendre présente la fécondité de l'amour. C'est un engagement ferme et fort, dans lequel les époux se promettent de lutter ensemble contre les germes de haine et de désordre, par delà les difficultés de la vie quotidienne.

Chapitre deuxième: la sexualité.

Cette dimension du mariage comme union spirituelle ne doit pas faire oublier que l'union des corps est aussi primordiale, en vertu de l'amour qu'elle exprime. La sexualité est le moyen choisi par Dieu pour rendre présente sur terre la fécondité de l'amour, pour assurer la fondation d'une famille unie et pour souder par les gestes intimes l'affection des époux.
Cette sexualité ordonnée ne doit pas aboutir à des dérèglements ou la satisfaction bestiale des sens prendrait le pas sur la volonté d'exprimer l'amour commun et de le transmettre à une possible descendance. Le premier but du mariage reste donc de participer à la création divine par la mise au monde d'enfants. Contrevenir à cela serait saper les fondements mêmes de l'amitié aristotélicienne dans le mariage.

Chapitre troisième: le mariage est-il indissoluble?

Etant donné que le mariage est fondé sur la création d'une communauté de vie et d'une union profonde des époux, il ne peut être considéré comme une simple formalité qui serait révocable à souhait. L'union spirituelle des époux n'est jamais une chose acquise et définitive, il convient de lutter pour la construire et la maintenir. Ainsi un simple désaccord des époux ne saurait en aucun cas justifier une séparation. La voie qui mène au paradis est étroite, et demande bien des sacrifices.
Toutefois un mariage peut-être annulé dans certaines circonstances, quand l'amitié des époux est rendue impossible par des actes graves et définitifs. L'annulation de ce mariage ne donne toutefois pas licence de se remarier, sauf jugement contraire pour raison exceptionnelles.

Voici les raisons d'annulation immédiate:

- Si au moins un des deux conjoint n'a pas reçu le baptème Aristotélicien.
- Si le conjoint meurt, le mariage est annulé et le remariage possible.
- Si les deux conjoints, d'un commun accord, rentrent dans les ordres religieux, le mariage est annulé mais le remariage est impossible.
- Si un des conjoints veut rentrer dans les ordres et l'autre non, leur mariage peut-être annulé si l'autre conjoint y consent. Dans ce cas la personne qui reste dans le monde séculier doit être consciente qu'un nouveau mariage sera impossible. Elle devra rester célibataire même si elle n'est pas religieuse.
- Si un des conjoints apostasie et devient hérétique, son mariage avec l'autre conjoint resté aristotélicien est annulé si ce dernier en fait la demande. Dans tous les cas le remariage est impossible.

Voici les raisons d'annulations après procés:

- Si un des conjoints commet un adultère, le mariage peut-être annulé. Mais le remariage est impossible.
- En cas de disparition du conjoint pendant un temps assez long, sans qu'on sache si il est mort ou pas, le mariage peut-être annulé, mais le remariage est interdit tant que la mort n'est pas certaine.

Chapitre quatrième: les empêchements au mariage:

Dans certains cas des obstacles se présentent qui empêchent les conjoints d'atteindre à l'amitié aristotélicienne dans le cadre du mariage. Ces cas sont les suivants:

- Un des deux est déja marié, ou bien ne peut se remarier.
- Les deux sont liés par consanguinité au quatrième degré ou moins.
- Sauf dispense spéciale accordée par l'Eglise, les clercs et les religieux ne peuvent être mariés


II) administration:


Les mariés doivent être baptisés aristotéliciens. S'ils ne l'ont pas été en RP ils faut faire cette cérémonie sur le forum. Cela peut servir de préparation au mariage, afin de les initier aux engagements qu'ils prennent comme aristotéliciens et comme époux.

Ils doivent donc fournir un certificat de baptême, qui peut-être sous trois formes:

1) Un lien vers cette cérémonie sur un forum quelconque.
2) Un témoignage du prêtre qui les auraient baptisés.
3) Un document officiel d'une paroisse ou d'un évêché des RR.

Dans tous les cas ils devront s'inscrirent aux registres de Rome si ce n'est pas déja fait.

Une fois cette question du baptême réglée, on peut procéder à leur mariage. Bien sur ils ne doivent pas être déja mariés à un (ou une) autre.

Dans tous les cas il faut garder ensuite dans les archives de la paroisse ou de l'évêché une trace de leur baptême et de leur mariage.

Pour le mariage il faut deux témoins qui confirmeront la bonne foi, la liberté et le consentement mutuel des époux. Leur signature figurera sur le document déposé aux archives.


III) La cérémonie liturgique.


Il n'existe pas encore de cérémonie type imposée partout, et la question se pose de sa nécessité. Néanmoins certains points doivent impérativement se trouver présents dans cette cérémonie:

- La cérémonie est présidée par un prêtre, de préférence le curé de la paroisse de l'épouse. En cas d'impossibilité, le curé de la paroisse de l'époux peut aussi officier bien sur.
- Les époux doivent être tous les deux présents. Le mariage par procuration peut-être célébré dans des circonstances exceptionnelles avec la permission de l'évêque du lieu.
- Les deux témoins doivent être présents. Un pour le mari, un pour l'épouse.
- Il doit y avoir un échange des consentements de l'époux et de l'épouse, ainsi qu'un échange d'alliance, symbole de la fidélité et de l'unité du mariage.

Ces points sont les seuls points indispensables. Voici en complément un exemple de cérémonie utilisable. Ce n'est bien sur qu'un exemple, et pas le moins du monde une norme obligatoire.

Mariage de Y et de X en l'église de Choupinette les bains:

Il y a foule en ce froid matin d'hiver sur le parvis de la vieille église paroissiale de Choupinette les bains. Aujourd'hui Y et X, après un long temps de fiançailles, vont unir leurs destinées, et se donner l'un à l'autre avec la bénédiction divine. Le curé de la paroisse est à la sacristie, faisant avec soin les derniers préparatifs de la cérémonie. Entre alors en courant un enfant de choeur:

"Mon père, mon père! Les voilà!" dit-il en hate, tout essouflé. "Calme toi mon enfant, calme toi. j'y vais tout de suite.

Le curé termine tranquillement de revêtir les ornements liturgiques, puis sort au devant des fidèles, le regard rayonnant de joie. Il monte à l'autel accompagné des enfants de choeur, et s'incline devant la croix du Christ. Se retournant il descend quelques marches et va saluer la statue d'Aristote. Enfin il adresse la parole aux époux.

Bien chers Y et X! C'est pour moi une joie immense de vous recevoir ici, afin que vous receviez des mains de l'Eglise le sacrement qui va faire votre bonheur. Ne prenez pas à la légère l'engagement que vous allez déclarer maintenant devant tous. Vous allez vous unir pour le meilleur et pour le pire, vous allez affronter des difficultés, des disputes et des tristesses. Mais avec l'aide de Dieu et l'enseignement d'Aristote, vous allez surmonter tout cela chaque jour, et donner à tous un exemple d'Amitié et de courage. Que Dieu vous bénisse !

Puis le diacre s'avance et lit un passage de la vie d'Aristote:

En ce temps là une grande nouvelle se répandit dans la ville de Stagire : les sages astrologues venaient de repérer une comète inconnue dans le firmament. Aussitôt l’assemblée de la ville se réunie sur l'agora, tentant de découvrir le message que les cieux voulaient transmettre aux hommes. Hélas leur cœur était obscurci par leur foi erronée en de faux dieux, et ils s’égaraient dans des suggestions impies : pour l’un il s’agissait de la venue d’Hermès aux pieds ailés. Pour d’autre la foudre de Zeus allait s’abattre au milieu des hommes, et les temps touchaient à leur fin.
Seul dans l’assemblée un homme se taisait : son épouse était sur le point d’enfanter, et l’angoisse qui était la sienne ne lui permettait pas d’intervenir. Il n’était pourtant pas le moins sage, ni le moins écouté. La noblesse et la paix se lisait sur son visage, ainsi que les marques d’un dur labeur et d’une vie sans mollesse.

Le curé repris la parole:

Vous avez dans ce texte l'exemple d'un père noble et sage, soucieux de son épouse et de l'enfant qui va naitre. Son existence a été marquée par la justice, le travail et l'honneur. Voilà l'exemple que vous devez suivre. L'honneur, la justice, le travail quotidien. C'est là que se trouve la clé du bonheur. Et peut-être alors que vos enfants, suivant vos traces, auront la sagesse d'Aristote et la bonté de Christos.

Le moment solennel était arrivé. Les époux se levèrent, le curé s'avança vers eux:

" Y veux-tu prendre X pour épouse, dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec elle dans l'amour de chaque jour? Veux-tu faire dépendre ton bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre?". " Oui, je le veux.

" X veux-tu prendre Y pour époux, dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec lui dans l'amour de chaque jour? Veux-tu faire dépendre ton bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre?". Oui, je le veux.

Le curé reprend:

"Je vous déclare maintenant unis par les liens sacrés du mariage. Ce que Dieu a uni, nul ne pourras le désunir."

La cérémonie se termine alors dans la joie la plus profonde[/quote]


Matrimonium Prohibitem



Nous, cardinaux de la Sainte Eglise Aristotélicienne réunis en sacré collège par la grâce de Dieu, et nous, théologues de la congrégation du Saint Office, devant le Très Haut, et sous le regard d’Aristote, au nom du Souverain Pontife de Sainte Eglise Aristotélicienne et Romaine,


Rendons officiel notre décision quant à la nature de ce que certains nomment déjà « mariage laïc ». L’union sacrée de l’homme et de la femme est exclusivement dévolue à la Sainte Eglise Aristotélicienne et Romaine. Procéder à une union de ce genre – ou d’un autre ayant vocation à lier l’homme à la femme et la femme à l’homme – alors que l’on est fidèle de Notre Sainte Mère l’Eglise est strictement interdit. De même, les fidèles de la Sainte Eglise ne peuvent demander cette bénédiction, fut-elle non sacrée.

Tout qui contreviendrait à cette règle se mettrait en porte à faux avec notre dogme, son action serait alors considérée comme blasphème. Dès lors, le fidèle contrevenant s’exposerait à la justice d’Eglise et aux punitions qui suivraient son jugement, définies dans notre Droit Canon.

D’aucun ignorait le caractère blasphématoire de cette pratique. Aussi, cette règle n’a pas de valeur rétroactive. Il est cependant conseillé aux fidèles concernés de faire acte de contrition auprès des autorités ecclésiastiques de leur province ou diocèse.


Ad Majorem Dei Gloriam

Fait à Rome le XXV novembre de l’an de grâce MCDLV de Notre Seigneur





Le Droit Canon de la Sainte Église Aristotélicienne et Romaine - Livre I : les sacrements - 1.3 Le mariage - Appendice 1





Ce document a été fait par Seriella et Pouyss à partir de la Bibliothèque romaine.


Dernière édition par Pouyss le Dim 2 Nov - 18:14, édité 1 fois
avatar
Pouyss
Bienheureux

Nombre de messages : 2032
Localisation IG : Fécamp (dans son cercueil)
Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

Voir le profil de l'utilisateur http://pouyss.boardonly.com

Revenir en haut Aller en bas

Les funérailles

Message par Pouyss le Dim 2 Nov - 17:48

Les funérailles




I) Administration



A) Les conditions

-1) Être reconnu définitivement mort par au moins un médecin et un clerc (Avoir été éradiqué)

-2) Être baptisé ou avoir entamé récemment la procédure en vue du baptême (au minimum être inscrit aux Archives du Vatican). En ce qui concerne les funérailles, les catéchumènes sont donc à considérer comme des fidèles.
Ne pas être sujet à interdiction (voir point C)

B) Le lieu

Pour tout fidèle défunt les funérailles doivent généralement être célébrées dans l'église de sa propre paroisse.
Il est cependant permis à tout fidèle, comme à ceux à qui il revient de s'occuper des funérailles d'un fidèle défunt, de choisir pour les funérailles une autre église avec le consentement de celui qui en a la charge et en informant le propre curé du défunt.
Si la mort est survenue hors de la propre paroisse et que le cadavre n'y a pas été transporté et si aucune église n'a été légitimement choisie pour les funérailles, ces dernières seront célébrées dans l'église paroissiale où la mort est survenue.

C) Les limitations

Doivent être privés des funérailles ecclésiastiques, à moins qu'ils n'aient donné quelque signe de pénitence avant leur mort:
1. les apostats, hérétiques et schismatiques notoires;
2. les autres pécheurs manifestes, auxquels les funérailles ecclésiastiques ne peuvent être accordées sans scandale public des fidèles.
3. les suicidés.

Si quelque doute surgit, la sainte inquisition pourra trancher.

D) L'organisateur

C'est au curé de la paroisse que revient la tâche et la responsabilité d'organiser ce sacrement, en cas d'empêchement ou dans le cas où il n'y aurait pas de curé ou de diacre, l'officiant peut être un clerc reconnu par l’église Aristotélicienne et n'étant pas sujet à interdictions.
Dans le cas de l’enterrement d’un membre du clergé, d’un nobles ou de personnages importants, le clerc responsable peut demander à son Evêque ou à un cardinal de diriger la cérémonie.


II) Exemple de cérémonie

Enterrement par Jeandalf

Pourquoi enterrer nos mort ?

L’Homme fait de terre et d’eau est par nature attiré par le centre de la terre, mais l’amitié vrai élèvera son âme et si elle est digne de rejoindre le seigneur elle ne s’enfoncera pas comme le corps vers le feu des enfers mais au contraire elle trouvera sa vrai nature qui est de s’élever vers notre seigneur.


1) Le début (soit à la levée du corps, soit à l’arrivée du cercueil à l’église ou au cimetière)

Le prêtre :Après tous nos regards qui ont croisé le sien, qu’il puisse enfin voir le tiens seigneur.
Les fidèle : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami(e).

Le prêtre : Après l’amitié qu’il a reçu et qui a guidé sa vie, accorde lui l’amitié ultime qu’et la tienne Seigneur.
Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami(e).

Le prêtre : Après les peines et les larmes qui ont obscurci sa vie, illumine sa route pour l’éternité.
Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami(e).

Le prêtre : Seigneur, nous tournons vers toi nos espoirs à l’heure où disparaît le corps de l’ami qui nous est cher.
Accorde-nous l’espérance de le revoir auprès de Toi pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

2) A l’église ou au cimetière

A l’entrée se trouve un panier d’osier avec comme seul objet un médaillon d’Aristote et éventuellement le présent du prêtre s’il était un ami proche du défunt, les amis déposeront un fruit ou un pain dans la corbeille. Parfois certains déposent quelques écus ou d’autres consommable. ( Le contenu de la corbeille étant distribué aux mendiants après la cérémonie ). Lorsque tout le monde serra en place, un proche du défunt prendra la corbeille et une partie des offrandes pour le moment du signe des amis. En général c’est la même personne qui lira le texte lors du signe de la mémoire.

Frères, si nous sommes ici, c'est pour entourer de notre amitié une famille qui est dans la peine. C'est aussi pour nous rappeler que Dieu se souvient de tout ce qu'il y a eu de bien dans la vie de notre frère (soeur) et de lui demander de lui faire bon accueil.

Le signe de la lumière
( on allume en silence les cierges autour du cercueil )

Le prêtre : "L’Amitié est la lumière du monde c’est la flamme qui réchauffe notre cœur.
Quelle éclaire maintenant la route de < Nom du défunt > qui le (la) conduit maintenant au Royaume de Dieu !"

Le signe de la foi

Le prêtre : :< Nom du défunt >. nous déposons cette croix aristotélicienne sur ton cercueil.
Cette croix est le signe qui relie Aristote et le Christ, qu'elle soit pour toi signe de salut et de vie éternelle".

Le signe des amis

( l’un des amis du défunt apporte la corbeille de l’amitié )
Le prêtre : < Nom du défunt >,nous déposons ces présent sur ton cercueil, signe de notre amitié, signe de notre prière, signe de notre cœur".

Le signe de la mémoire


Cet enterrement nous rappelle plusieurs choses :
- Le souvenir d'un Ami aristotélicien qui vient de nous quitter. D'un homme ( d'une femme ) qui avait une histoire, unique, avec Dieu. Qui était entouré de tendresse par Dieu. Qui a fait, ou non, l'expérience de cette tendresse.
Nous voici nombreux dans cette chapelle, autour de :< Nom du défunt >., pour prendre conscience de ce lien d'amour qui l'a toujours uni Dieu, qui unit Dieu à chacun de nous, à tout instant.
- La mort viendra pour chacun de nous. pour les uns tôt, pour les autres plus tard. Pour les uns dans leur jeunesse, pour d'autres dans leur vieillesse.
Le Seigneur nous prévient : "Soyez prêts, soyez toujours prêts car vous ne savez ni le jour ni l'heure".
Aristote nous a guidé et Christos nous invite à prendre exemple sur lui, à trouver notre joie à vivre pour les autres, à aimer comme ils nous ont aimés.
Notre présence ici est prière. Nous invoquons Aristote qu’il mesure les péchés de notre frère ( soeur ) et que Christos intercède auprès du seigneur pour qu’il le reçoive en son Paradis.

Laissons maintenant ceux qui l’on connu parler de lui (elle).

Là interviennent ceux qui le désirent

Le signe d’adieu

Le prêtre : Avant de quitter la chapelle, nous allons dire un dernier adieu à notre frère ( soeur ) < Nom du défunt >
Avec respect et affection, confions-le ( la ) à Dieu dans l'espérance de nous retrouver un jour auprès de Lui (ell).


( un instant de silence )


Avec tous ceux qui nous ont précédés et qui vivent déjà auprès du Seigneur,
avec l'immense cortège des saints, nous lui souhaitons un bon dernier voyage à son enveloppe charnelle.


LA DÉPOSITION AU CIMETIÈRE


Nous allons maintenant confier à la terre le corps de notre frère (soeur) dans ce lieu où reposent déjà tant de défunts de nos familles. Le moment est venu de lui dire "à Dieu".
C'est un moment de tristesse, mais il faut que l'espérance reste forte en nous. car nous espérons revoir N. quand Dieu nous réunira, dans la joie de son Royaume.
Recueillons-nous en pensant à tout ce que nous avons vécu avec ) < Nom du défunt >, à ca qu'il (elle) est pour nous, à ce qu'il (elle) est pour Dieu.

( silence pendant la descente du cercueil)

Ensuite prêtre asperge le cercueil d'eau bénite et dit :

"Cette eau, souvenir de ton baptême,
nous rappelle que Dieu a fait de toi son enfant.
Qu'il te reçoive aujourd'hui dans sa Paix !"

(Le prêtre peut dire un mot de condoléances pour terminer et annonce le jour de la Messe communautaire pour le défunt)


fin de la cérémonie par les amis et la familles qui défilant en jetant une poignée de terre dans la tombe.


jeandalf a écrit:Mémorial Aristotélicien de Flandres

Ceci est un lieu de recueillement, ne postez que des prières aux défunt


Pour tout demande vous envoyez à l'Evèque de Malines:

le nom
la date du décès
le lieu de résidence
une épitaphe (pas trop longue)
+ blason si il y en a un

vous pouvez aussi créer un calvaire spécifique, mais il devra être soumis à l’Evêque de Malines pour validation avant d'être placé par lui dans ce cimetière...

Comme les enterrement RP religieux sont récent en flandre, pour les anciens il suffirra qu'ils soit baptisé et donc repris sur les archives du vatican comme tel.


Flamand souvenez-vous des vôtres.


Tout Aristotélicien baptisé et enterré religieusement pourra avoir à la demande de ses proches une place sur ce mémorial.






Ce document a été fait par Seriella et Pouyss à partir de la Bibliothèque romaine.


Dernière édition par Pouyss le Dim 2 Nov - 18:15, édité 1 fois
avatar
Pouyss
Bienheureux

Nombre de messages : 2032
Localisation IG : Fécamp (dans son cercueil)
Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

Voir le profil de l'utilisateur http://pouyss.boardonly.com

Revenir en haut Aller en bas

Le cantique des idées

Message par Pouyss le Dim 2 Nov - 17:54

Les cantiques des idées, du frère Franciscain Timviking



Sur l'Être Divin qui est Tout Puissant:

J'ai longtemps habité une grotte platonique
Que des ombres mouvantes hantaient comme un château
Et dont les cavités obscures et noir corbeau
Rendaient pareil le soir au jour, le cap au pic.

Mes yeux en zyeutant ce fort troublé tableau
Mélaient d'une facon païenne et cathartique
Le Tout Puissant, le Juste, l'Amour métaphysique
Aux accords dissonnants rapportés par l'écho.

C'est là que j'ai compris, dans une volupté calme,
Grâce à l'Être Divin, l'Universel Moteur,
Que ces spectres fuyants qui me glacaient le coeur

N'étaient que viles pensées, du vent souflant des flammes,
Et qu'en raisonnant bien, assumant le bonheur,
Je trouverai la Voie, l'éclatante Lueur.

Sur l'essence des choses:

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une chose inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, que j'aime et je comprends.

Car elle me comprend, essence illuminant
Par elle seule, divine ! La chose est la chose-même !
Par elle seule, et sa forme dans la lumière blême,
Elle seule se sait faconner, en dansant.

Est-elle chose essentiellement ? - Je le sais.
Sa forme ? - Je me souviens qu'elle est belle, mesurée,
Comme celle des beautés que Dieu proportionna.

Son aspect est pareil à l'aspect de l'eau pure,
Et par son chant si clair et calme et grave, on a
L'impression que son chant recrée la chose, sûr !

Sur la métaphysique:

Elle est retrouvée.
Quoi ? - La Métaphysique.
C'est bien l'Être allé
Avec la science.

Âme Éternelle
Proclamons le Vrai:
Quand la science est belle,
Ce qui est est.

Des humains volages,
Des communs penchants,
Là tu nous soulages
En tant qu'étant étant.

Puisque de toi seule
Science de l'étant
La vérité s'exhale
Sans qu'on dise: pourtant...

Là pas d'espérance,
Nulle procédure.
Science avec patience,
La sagesse est sûre.

Elle est retrouvée.
Quoi ? - La Métaphysique.
C'est le Bien Être allé
Avec la science.

Sur la sagesse:

Je veux mourir pour tes beautés, Sagesse,
Pour ce bel oeil qui sait voir le destin,
Pour ce doux ris, pour la Cité enfin
De pierre et de bois, de la vie la Maîtresse.

Je veux mourir pour cette forteresse,
Pour les légumes de ce bien beau jardin,
Pour la rigueur de cette Juste Main,
Qui soigne les gentils, et les méchants blesse.

Je veux mourir pour le bon entretien
De cette mine dont le produit devient
Économie, cette richesse dispose.

Je veux mourir aristotélicien,
Donnant mon sang, la Cité défendant,
Protégeant la vie de la belle chose

Sur la Beauté:

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
De la parfaite hémistiche
Aimant la mesure
Céleste césure,
Faisant pâlir le pastiche.
Les vers ciselés
Bien proportionnés
Pour mon esprit ont les charmes
Si harmonieux
Du plus haut des Cieux
Brillant à travers tes larmes.

Là tout n'est qu'ordre et beauté,
Paix, foi, et volupté.

Les divins présents,
Créés du néant,
Qui précédait notre monde;
Les plus rares fleurs,
Leur terre, rondeur
Et les cercles purs de l'onde,
Les riches buissons,
Océans profonds,
La splendeur virginale,
Tous nous parlent en fait
À l'âme en secret
Sa belle langue natale.

Là tout n'est qu'ordre et beauté,
Paix, foi, et volupté.

Vois sur ces batârds
S'écraser le hasard,
la chaotique ironie,
Car pour assouvir
Leur moindre désir,
Ils ont brisé l'Harmonie.
La beauté résulte,
Le bonheur exhulte
De nos rythmiques prières
Et du nombre d'or,
l'Éternel effort
Fait rejaillir la Lumière.

Là tout n'est qu'ordre et beauté,
Paix, foi, et volupté.





Ce document a été fait par Seriella et Pouyss.


Dernière édition par Pouyss le Dim 2 Nov - 18:33, édité 3 fois
avatar
Pouyss
Bienheureux

Nombre de messages : 2032
Localisation IG : Fécamp (dans son cercueil)
Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

Voir le profil de l'utilisateur http://pouyss.boardonly.com

Revenir en haut Aller en bas

Recueil des prières

Message par Pouyss le Dim 2 Nov - 18:03

Recueil des prières Aristotéliciennes reconnues par le Saint Office



Introduction

Ce recueil n'a pas la prétention de contenir toutes les prières aristotéliciennes, quoique ce soit à la base son objectif. La prière est un acte de dévotion spirituelle de la part de celui qui la récite. La prière ne peut donc être réduite au simple état de texte. La prière est quelque chose de sincère et de profond, dans laquelle l'aristotélicien exprime ses émotions face au Très-Haut. Ceci dit, c'est pour faciliter cet exercice pour le croyant peu instruit que nous avons compilé toutes les prières connues de l'Aristotélisme. L'anthologie se veut avant tout accessible, mais aussi complet. Ce recueil sera régulièrement complété de nouvelles prières, dès leurs validations par le Saint Office.


Table des Matières

Partie 1 : prières générales

  • Prière du Matin
  • Cantique au Très-Haut
  • Ode à la foi Aristotélicienne
  • Prière du Souvenir de Christos
  • Louanges au Très-Haut
  • Imploration du Très-Haut par Saint Louis


Partie 2 : prières pour les saints

  • Prière à Saint Arnvald
  • Prière à Saint Origène
  • Prière à Sainte Raphaëlle Archange
  • Prière à Saint Gabriel Archange
  • Prière à Saint Jean
  • Prière à Saint Karel
  • Prière à Sainte Illinda
  • Pensée pour Saint Bynarr


Partie 3 : autres prières







    Ce document a été fait par Seriella et Pouyss. Ce recueil est à l'initiative du Théologue Zabouvsky et le Saint Office le remercie pour son travail.


    Dernière édition par Pouyss le Dim 2 Nov - 18:42, édité 1 fois
    avatar
    Pouyss
    Bienheureux

    Nombre de messages : 2032
    Localisation IG : Fécamp (dans son cercueil)
    Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

    Voir le profil de l'utilisateur http://pouyss.boardonly.com

    Revenir en haut Aller en bas

    Prières générales

    Message par Pouyss le Dim 2 Nov - 18:33

    Partie 1: prières générales



    Prière du matin

    Dieu Créateur de toutes choses, nous te remettons cette journée !
    Guide-nous dans nos actes, nos pensées les plus intimes,
    Toi qui sais tout, purifies-les afin qu'ils soient conformes à Ta volonté.
    Toi le Très Haut, qui a tout prévu, mais nous laisse libre de notre destin,
    inspire ceux qui s’écartent de ta parole Divine,
    Pour qu’ils nous aident à préserver le monde.



    Cantique au Très-Haut

    Rendons grâce au Très-Haut

    En Lui, tout fut créé, dans le ciel et sur terre.
    Car le moteur du monde écartant le néant
    De la Sainte Parole, nous faisant légataire
    Nous a prédestinés a être ses enfants

    Le peuple d’Oanylone céda à la folie,
    Et tous renonçant à l'amour d'eux-mêmes,
    Impies jusqu'à mourir à force d’acédie
    Aux côtés du Sans Nom reçurent l’anathème
    Alors sa colère est venue et Il leur a offert
    Par la voie du Pardon de trouver le salut
    Épargnant les Vertueux dans un destin solaire
    Jetant les corrompus dans la lune, reclus

    Mais Son Amour s'étend de royaume en royaume
    Dieu a su éveiller nos esprits sous nos heaumes
    Comme Il nous l’a promis depuis les temps anciens
    Au travers du prophète, par la bouche des saints

    Dispersant les ténèbres au dessus d’Oanylone
    Renversant les imbus de leurs superbes trônes
    En déployant la force de son bras divin
    Il élève les humbles, comble les crève-la-faim,
    Renvoie les riches impies repartir les mains vides
    Et secours la vertu dont la force impavide
    À la face des peuples chante pour qu’on bénisse
    Aristote le Sage, qui fût notre Prophète
    Lumière qui nous révèle à sa pensée parfaite
    Et, qu'au nom de Christos tout les genoux fléchissent.



    Ode à la foi aristotélicienne

    Grâce à la pensée et la création du Très-Haut,
    Nous pouvons vivre sur ce monde.
    Grâce à l'éducation du prophète Aristote,
    Nous avons retrouvé la voie Divine.
    Grâce à Christos montré en exemple.,
    Nous savons de qui nous inspirer.

    Tous les jours nous en sommes reconnaissant,
    De vivre et prospérer pour Sa gloire.
    Tout les jours nous en sommes reconnaissant,
    De vivre dans la Foi et Sa lumière.

    La Créature sans Nom,
    Essaie de nous détourner.
    La Créature sans Nom,
    Veut qu'on s'égare de la voie divine.
    La Créature sans Nom,
    Nous trompe avec ses paroles.

    Mais grâce à la raison,
    Qui nous donne le pouvoir de résister.
    Mais grâce à la Foi,
    Qui nous aide à passer les tromperies.
    Mais grâce à l'amour,
    Que Dieu Créateur et Père nous inspire.

    Nous savons nous défendre de la tentation et des péchés.



    Prière du Souvenir de Christos

    Christos a souffert et est mort sur la croix
    Toute sa vie il nous a donné
    Pour qu'avec la divine vérité
    Ainsi nous soit montrée la voie

    Pour toujours souvenons-nous
    De ce sacrifice qui était loin d'être un rien
    Ensemble, unis, Aristotéliciens
    Pour diffuser sa foi, notre foi, unissons-nous

    La mémoire du prophète ainsi préservée
    Les enseignements seront diffusés, perpétués
    Et la vérité sera connue de tous les fils
    Du Très-Haut, père de la création
    Souvenons-nous, croyons



    Louanges au Très-Haut

    Tu nous guide quand notre âme est embrouillée
    Tu guéris le chétif et le maladif
    Tu nous offre tes vêtements quand les nôtres sont mouillés
    Tu éloigne les marchands des brigands, les bateaux des récifs

    Tu soulage les plaies
    Tu guide tes prophètes pour qu'ils puissent nous montrer la voie
    Tu nous sauve des guerres en aidant la paix
    Tu fais régner l'ordre quand toutes s'égarent les voix

    Et nous, nous te louons
    Et nous, nous nous confessons
    Et nous, nous t'aimons
    Ô Très-Haut!
    Soit loué!



    Imploration au Très-Haut de Saint Louis

    Je m’en remets à Toi, Créateur de toute chose.
    Toi qui as confié la terre à l’Humain pour qu’il te serve,
    Aide-moi à être la couronne d’épine qui tiendra l’hérétique loin de nos terres,
    Aide-moi à protéger la terre languedocienne de l’ombre de la créature sans nom,
    Ne laisse pas nos terres souffrir, comme Christos à souffert,
    Fait que cette fois ce soit nos épines qui percent le cœur de Tes ennemis






    Ce document a été fait par Seriella, Kaioh et Pouyss.
    avatar
    Pouyss
    Bienheureux

    Nombre de messages : 2032
    Localisation IG : Fécamp (dans son cercueil)
    Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

    Voir le profil de l'utilisateur http://pouyss.boardonly.com

    Revenir en haut Aller en bas

    Prières pour les saints

    Message par Pouyss le Dim 2 Nov - 18:39

    Partie 2: prières pour les saints



    Prière à Saint Arnvald

    SAINT ARNVALD, tant que tu as vécu parmi nous
    Tu as été l’avocat des pauvres,
    Le magistrat impartial, sévère mais juste,
    La Providence de tous les justiciables;
    Écoute aujourd’hui notre prière.

    Obtiens nous d’aimer la justice comme tu l’as aimée.
    Fais que nous sachions défendre nos droits,
    En cherchant avant tout la réconciliation et la paix.
    Pour que «justice soit rendue dans l’amour aristotélicien»,
    Sans indulgence pour la culpabilité d’un ami ou d’un puissant.

    Guide nous sur la chemin parsemé d’embûches de l’intégrité,
    Capable de résister à l’attrait du pouvoir et des richesses,
    Respectueux de la parole donnée et de l’idéal d’honneur chevaleresque,
    Protège nous de la tentation de la facilité et de la créature sans nom.

    Toi, le modèle du prélat humble,
    Qui parcourais nos campagnes en quête de vérité
    Bouleversant les foules par le feu de ta parole
    Et le rayonnement de ta vie,
    Obtiens à notre pays les hommes vrais il a besoin.

    Saint Arnvald le justicier, priez pour nous,
    Aide nous à concilier l’idéal du juste milieu aristotélicien
    Avec ton exemple de quête de Justice, de Vérité et d’Intégrité



    Prière à Saint Origène

    Saint-Origène, libérez-nous de nos peines,
    Pour qu'ainsi vous puissiez
    Les bonnes valeurs de notre foi nous inculquer

    Saint-Origène, libérez-nous de de nos haines,
    Pour qu'ainsi amour, partage et charité,
    Prédominent sur le péché

    Saint-Origène, éclairez-nous,
    Pour que vos enseignements nous servent
    De bases pour nos lois et notre foi

    Saint-Origène, soyez béni
    Puissiez-vous encore veiller sur les séminaristes,
    Les fidèles les plus studieux

    Saint-Origène, soyez glorifié
    Les séminaristes ainsi protégés
    Pourront diffuser la foi jusqu'au crépuscule de l'âge.



    Prière à Sainte Raphaëlle Archange

    Ô Dieu !
    Toi en Qui je crois,
    Toi qui guides mes pas,
    Donne-moi la force de professer la grandeur de Ton Nom
    Ainsi que l'amour et l'adoration que j'y porte.
    Envoie-moi Ton Archange, Raphaëlle, pour qu'elle chemine à mes côtés,
    Que je ne sois plus seul face à l'ennemi de ma foi et de ma conviction.
    Que mes actes obéissent à mon cœur et que même ma main gauche suive les commandements de ma droite.
    Que mon cœur te craigne.
    Et que j'annonce Ton Saint Nom.
    Dieu, daigne lever ta main, que Raphaëlle descende et me vienne en aide.



    Prière à Saint Gabriel Archange

    Saint Gabriel archange,
    Ange de la Tempérance,
    Ouvre nos oreilles
    Aux doux avertissements
    Et aux appels pressants du Très Haut.
    Tiens-toi toujours devant nous,
    Nous t'en conjurons,
    Afin que nous comprenions bien
    La Parole de Dieu,
    Afin que nous Le suivions
    Et Lui obéissions
    Et que nous accomplissions
    Ce qu'Il veut de nous.
    Aide-nous à rester éveillés
    Afin que, lorsqu'Il viendra,
    Le Seigneur ne nous trouve pas endormis.



    Prière à Saint Jean

    Ô glorieux Jean, qui avez été si cher à Christos que vous avez mérité de reposer votre tête sur sa sancte poitrine,
    Et d'être, par lui et en sa place, donné comme fils à sa mère;
    Mettez en mon cœur un amour vif pour le très Haut, Aristote et Christos.
    Obtenez moi du Seigneur que moi aussi,
    Avec un cœur pur de toute affection terrestre,
    Je sois digne d'être toujours uni ici-bas,
    À Aristote et Christos, comme fidèle disciple,
    Et au très Haut, comme fils dévoué,
    Afin de leur rester éternellement uni dans le ciel.



    Prière à Saint Karel

    Humble parmi les humbles, la foi en l’Éternel m'a permis de survivre jusqu'à ce qu'Il me guide sur les terres hospitalières de ce royaume, où les âmes fortes suivent Sa parole.
    Il m'a conduit jusqu'à la porte de Sa maison, et m'a mené devant un homme juste et bon qui, écoutant les paroles des saints de l’Église, est venu me chercher à la dernière place parce qu'il savait que je ne pouvais rien lui rendre.
    Béni soit cet homme.
    Comme lui, je m'attacherais à accueillir en notre Église, dont je suis aujourd'hui un serviteur, les pauvres et les indigents.
    Je m'attacherais à porter la Parole partout où elle pourra être entendue.

    Aidez-nous à vaincre les peurs qui sont nombreuses en ces temps troubles et à ne pas succomber à cette haine qui règne en maître dans la tête et le cœur des hommes.



    Prière à Sainte Illinda

    Dieu est mon berger.
    Je ne manque de rien.
    Dans les paysages verdoyants…
    Il rassérène mon âme.
    Même quand je vais dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains pas le mal, parce que tu es avec moi : ton bâton et ton appui me consolent.
    Mon verre déborde.
    C'est le bon et le généreux qui me poursuivent tous les jours de ma vie.
    Je résiderai dans la maison de Dieu, pour la longueur des jours.



    Pensée pour Saint Bynarr

    Quand un grand homme d’Église part
    Tel notre ami le fervent Bynarr
    Nous ne pouvons que penser
    À toutes les brebis, que vers la vérité divine, il a guidé






    Ce document a été fait par Seriella, Kaioh et Pouyss.
    avatar
    Pouyss
    Bienheureux

    Nombre de messages : 2032
    Localisation IG : Fécamp (dans son cercueil)
    Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

    Voir le profil de l'utilisateur http://pouyss.boardonly.com

    Revenir en haut Aller en bas

    Autres prières

    Message par Pouyss le Dim 2 Nov - 18:40

    Partie 3: autres prières



    (Partie encore vide)





    Ce document a été fait par Seriella, Kaioh et Pouyss.
    avatar
    Pouyss
    Bienheureux

    Nombre de messages : 2032
    Localisation IG : Fécamp (dans son cercueil)
    Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

    Voir le profil de l'utilisateur http://pouyss.boardonly.com

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Dogme et liturgie

    Message par Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé


    Revenir en haut Aller en bas

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum