Pitence et le gîte !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pitence et le gîte !

Message par Jehan-Raphael le Mer 24 Aoû - 16:45

Un homme jeune, vêtu d'un simple haillon ,qui comme lui était maculé de boue et de sang et autres saletés, le visage et le corps abimés par des coups reçus par de mains, des pieds, et des objets, arriva fatigué, essouflé, en courant vers les portes de l'abbaye. Il les ouvrit dans un dernier effort, et s'écroula à terre.

Asile ! Je demande asile !
avatar
Jehan-Raphael
Visiteur

Nombre de messages : 4

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitence et le gîte !

Message par Peccatore le Jeu 25 Aoû - 19:29

Peccatore vit arriver l'étranger aux portes du couvent. Il n'y avait pas grand monde dans l'auberge de la charité lorsque l'homme y pénétra. Le Recteur Lescurien fut frappé de l'état dans lequel il se présenta, et plus encore des paroles qu'il prononça. Bondissant de sa chaise, il se précipita pour aller aider l'inconnu qui s'effondrait, visiblement épuisé.

Le prélat s'empressa alors de déclarer au jeune homme, tout en l'aidant à se relever :


Tu es blessé, mon frère ? Question presqu'oratoire, tant son état effrayait Peccatore.
Viens t'asseoir à cette table - l'adolescent désignait sa propre table.

N'aie crainte, tu es ici sous la protection des frères lescuriens, et donc sous celle de Dieu. Il ne peut plus t'être fait de mal.

Avec une inquiète vivacité, le Comtois fit signe à un moine de courir chercher de l'aide, tandis qu'il intimait à l'aubergiste d'apporter de l'eau et un linge.

Tandis que son bras lâcha celui de l'inconnu, Peccatore alla refermer avec méfiance et célérité la porte de l'auberge, non sans avoir préalablement jeté un coup d'oeil au-dehors, pour y chercher l'explication de l'arrivée pour le moins étonnante de celui qui lui demandait asile.
avatar
Peccatore
Pape
Pape

Nombre de messages : 2499
Localisation IG : Lisieux (jadis)
Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitence et le gîte !

Message par Jehan-Raphael le Ven 26 Aoû - 13:55

Jehan-Raphael, car tel était son nom, ne respirait presque plus : son souffle le faisait douloir. Sa tête le lançait tant qu'il ne sentait plus les blessures qui déguisaient son jeune corps. Il était si faible, que la moindre vibration lui faisait mal. C'est donc dans une autre douleur, laquelle ne fut accompagnée du moindre cri de souffrence, qu'il s'entit quelqu'un arriver à lui. Ses yeux étaient fermés, et il lui était trop difficile de les ouvrir. Néanmoins il sentit, avec son nez, cette odeur sur l'habit de l'homme. Les moines maltraitaient pieusement leur toge : lorsqu'ils priaient, c'était l'odeur de la pierre sur laquelle ils pliaient genoux qui s'imprégnait sur le tissus. Lorsqu'ils fabriquait leur alcool monacial, c'était l'odeur des fruits, ou des céréales qui venait sur le tissus, et l'odeur de leur fermentation. Toute tâche à laquelle un moine était désigné laissait une trace odorante. L'habit faisait le moine : à l'unique condition cet habit était marqué par le travail. Cependant l'homme qui s'approcha ne sentait point complètement le moine : mais il sentait quand même l'homme d'Eglise. Jehan-Raphael le sentit également arriver par le vent qu'il amenait sur son visage marqué de coups et blessures; il savait donc que cette personne venait de l'intérieur, et qu'il était sauf. Il soupira d'aise, ce qui le fit tousser, et cracher sang. Il n'entendait que peu l'homme qui lui venait en aide : il était entre le monde du conscient, et celui de l'inconscient; ou encore : entre la vie et la mort.

Tant bien que mal, et surtout avec grand mal, notre héro se leva, dans de derniers efforts, et se dirigea vers la direction qu'il lui était indiquée, qu'il avait su deviner, bien malgré lui. Le voies du Seigneur sont impénétrables, et sans doute ce dernier voulait-il accorder un répis à notre héro, en lui indiquant le chemin de la table. Car, oui, il avait toujours ses yeux fermés. À l'approche d'une lumière l'on pouvait voir que l'un était enflé, l'autre recouvert de sang coagulé. Son visage était un résumé de son corps. Ses plaies étaient en majorité recouverte de la boue qui l'avait maculé dans de nombreuses chutes le long de son voayage. Alors qu'on lui promis protection, des larmes réussirent à couler des deux yeux. trouvant la table désignée de la main, Jehan-Raphael s'y effondra. Il ne lui restait plus aucune force, son coeur semblait s'être arrêté, son souffle ne se sentait plus. Mais il vivait, et était toujours conscient, l'espoir le retenant sur le fil de sa vie.
avatar
Jehan-Raphael
Visiteur

Nombre de messages : 4

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitence et le gîte !

Message par Peccatore le Ven 2 Sep - 22:15

Peccatore fit une grimace de répulsion mêlée de peur en voyant l'inconnu se traîner jusqu'à la table péniblement et en crachant le sang qui visiblement lui remplissait la bouche. Il espéra secrètement que sa promesse était viable, et qu'effectivement ceux qui avaient usé de violence à l'encontre de cet homme n'auraient pas l'audace de venir forcer la porte du couvent et persécuter leur victime dans un endroit de prière...

A défaut de faire confiance en la foi des agresseurs, Peccatore escomptait surtout que la peur les dissuaderait. En effet, bien que les temps fussent troublés, il demeurait intolérable même au siècle que l'on viole les sanctuaires aristotéliciens et il y aurait fort à parier que les fauteurs de trouble seraient, le cas échéant, dûment et justement pendus.

Le Recteur lescurien étudiait la médecine au séminaire de l'Ordre, mais, aussi paradoxal que cela pût paraître, il répugnait à soigner des patients. Aussi dut-il se faire violence pour apporter un minimum d'aide à l'homme.

Déjà était-il assis... mais à la limite de la conscience....

Lorsque le tenancier de l'auberge de la charité tendit à l'adolescent ce qu'il avait demandé, celui-ci lui jeta un regard noir, comme pour reprocher au pauvre homme sa lenteur, et il saisit précipitamment le linge qu'il imbiba d'eau pour éponger avec vigueur, mais sans grande douceur, le visage ensanglanté de Jehan-Raphael.

Peccatore tenait avant toute chose à ce que leur "hôte" reprenne son souffle et son calme et puisse s'expliquer. Les baumes pour soigner plaies et contusions viendraient ensuite, à supposer que le moine diligenté par le prélat revînt.

Une fois que le visage fut à peu près nettoyé, le Lyonnais porta un bol d'eau aux lèvres du blessé.

Puis il fit signe à l'aubergiste d'apporter de quoi manger, du pain et des fruits, pour lorsque l'inconnu serait en état d'avaler quelque chose.


Dernière édition par Peccatore le Dim 11 Sep - 15:38, édité 1 fois
avatar
Peccatore
Pape
Pape

Nombre de messages : 2499
Localisation IG : Lisieux (jadis)
Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitence et le gîte !

Message par Jehan-Raphael le Ven 9 Sep - 5:30

Jehan-Raphael s'endormit. Il ne sentit rien du traitement du prêtre : il avait avait seulement l'impression de rêver de tortures. Il se réveilla alors doucement, se sentant plus propre, plus frais, mais toujours autant faible. Il but, ce qui lui fit grand bien. Puis, regardant le prêtre devant lui, il sut qu'il devait justifier son état, et son arrivée. Il prit de grandes inspirations, tels les athlètes olypiens lors des jeux antiques, qui s'apprêtaient à courir. Il regarda alors le prêtre.

Ils m'ont torturé ! Des jours et des jours, jusqu'à ce que je frole la mort ! Dès que je montrais un signe de vie, les séances reprennaient ! Je n'ai pas su comprendre... J'étais à Limoges, j'allais offrir un bracelet à ma fiancée... Et soudain... Plus rien ! Je me suis retrouvé dans des geôles ! Quand j'ai réussi à m'en enfuir, l'on m'a dit que j'étais à Fougères, en Bretagne : chez l'ennemi ! Ils m'ont ratrapé, enfermé et torturé de nouveau. Et des pigeons sont venus à moi, comme guidés par le Très-Haut, tenant missives de ma bien aimée. J'ai réussi à m'enfuir, pour la retrouver et me voici à vous. Je demande asile, mon père.

Durant sa dernière phrase, Jehan-Raphael s'aggripa à la tenue du prêtre, comme pour attirer davantage son attention. Son coeur partit à grande vitesse, car la panique le gagna subitement. Son souffle devint court. Il perdit conscience, le buste tombant sur la table, sa main lâchant son interlocuteur, et l'autre, qui était restée fermée depuis un très long temps, s'ouvrit, et laissa tomber sur la table deux objets immaculés : un écus, et un mouchoir sur lequel étaient brodées les initiales "S.S.V.D".
avatar
Jehan-Raphael
Visiteur

Nombre de messages : 4

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitence et le gîte !

Message par Peccatore le Dim 11 Sep - 18:07

Le récit de l'inconnu était troublant... sa grande violence frappa le jeune prélat si lointain des réalités de la torture et la guerre... Il écouta attentivement les détails étranges et sordides dont lui faisait part l'homme visiblement terrifié, jusqu'à ce que ce dernier perdit de nouveau connaissance.

D'un curieux geste du revers de la main, le Recteur lescurien, très peu adepte du contact tactile, nettoya la partie de sa robe monacale précédemment aggrippée par le blessé.

D'un mouvement de regard allant des yeux de l'aubergiste à l'escalier du fond de la salle, il suggéra de porter l'homme inconscient jusqu'à une chambre. Ils s'exécutèrent, Peccatore tenant les jambes à grand'peine, sa force physique étant minime, tandis que l'aubergiste supportait l'essentiel du poids du blessé.

Là-haut, après avoir péniblement hissé le corps inerte sur un lit, Peccatore renvoya son acolyte, puis redescendit dans l'auberge de la charité. Il saisit l'écu et le curieux mouchoir échappés de la main de Jehan Raphael, les observa quelques instants, perplexe, avant de les placer dans sa poche droite. Puis il saisit le broc d'eau ainsi que la miche de pain posée sur la table et remonta à l'étage. Dans la chambre où ils avaient amené le blessé, il posa l'eau et le pain sur le rebord de fenêtre, prit le tabouret qui était dans la petite et sobre pièce, s'y assit et attendit que l'homme se réveillât.

Tout avait été excessivement mystérieux dans le récit haletant qu'il lui avait fait. Il tardait au Comtois de savoir l'identité de cet hôte étrange, et celle de ses ravisseurs, et d'en apprendre plus long sur cette sinistre histoire.

avatar
Peccatore
Pape
Pape

Nombre de messages : 2499
Localisation IG : Lisieux (jadis)
Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitence et le gîte !

Message par Jehan-Raphael le Ven 25 Nov - 2:24

Le temps passait et passait, Jehan-Raphael était plongé dans un sommeil si profond que l'on pouvait le penser mort. Mais dans sa pseudo-mort, il lui arrivait que son corps bouge, que son visage grimace, comme s'il vivait des tortures. Il rêvait de tous ses évènements passés. Sa douce, la seule femme qu'il n'a jamais aimée. Son enlèvement, évènement qu'il dont il ne saura ni ne comprendra jamais. Les séances de tortures, les journées d'emprisonnement. Son long périple jusqu'à l'arrivée dans cette abbaye.

C'est alors qu'un beau jour il ouvrit les yeux -les deux- se demandant où pouvait-il se trouver. Il était propre, allongé dans un lit. Non loin de son lit était assis un homme sur un tabouret. Jehan-Raphael tenta de se lever, mais cela lui demanda trop d'énergie. Il respira doucement, regarda au mieux autour de lui. La pièce était petite, un plateau était posé sur le rebord de la fenêtre, et l'homme assis semblait le regarder. Notre héro se concentra sur lui, tenta de tout se remémorer le mieux possible. Puis, dans un soudain éclair de lucidité, et dans une fébrile vibration de ses cordes vocales, il lança :


Mon père?

Doucement ses bras bougèrent, tremblant légèrement. Ses mains tatèrent le lit, comme à la recherche d'une chose qu'il avait perdue.
avatar
Jehan-Raphael
Visiteur

Nombre de messages : 4

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitence et le gîte !

Message par Peccatore le Sam 31 Déc - 16:23

Surprise de voir l'inconnu se réveiller, après un tel sommeil.

Oui, mon frère ?

Comment te sens-tu ? Tu as été inconscient pendant plusieurs jours. Veux-tu manger ou boire quelque chose ?
avatar
Peccatore
Pape
Pape

Nombre de messages : 2499
Localisation IG : Lisieux (jadis)
Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pitence et le gîte !

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum