cellule 10 Louis II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

cellule 10 Louis II

Message par jenjitai le Ven 2 Déc - 8:09

Cellule rudimentaire mais confortable , un lit pour le repos , une table , un broc et un pichet d'eau, un encrier , une plume et une miche de pain
Claire et aérée juste assez pour étudier


_________________

LECTRICE
avatar
jenjitai
Lectrice

Nombre de messages : 966
Localisation IG : Rouen
Voie Lescurienne : séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Louis_ll le Ven 2 Déc - 16:06

Louis entra et s'installa.
avatar
Louis_ll
Recteur

Nombre de messages : 163
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : voie séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par jenjitai le Lun 5 Déc - 12:40

Jenjitai quitta son bureau quelsques instants afin de donner au sieur Louis le départ pour son noviciat
Deux coups brefs donné à la porte puis l'ouvrit et entra


" Re bonjour Louis
Bien nous allons commencer ton noviciat mais avant toute chose j'aimerais que tu me parle de toi, d'ou tu viens , ce que tu as fait jusqu'à aujourd'hui, ce que tu voudrais faire qu'elles sont tes ambitions enfin bref tout quoi"

_________________

LECTRICE
avatar
jenjitai
Lectrice

Nombre de messages : 966
Localisation IG : Rouen
Voie Lescurienne : séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Louis_ll le Lun 5 Déc - 14:14

Re bonjour ma soeur. Je me présente bien que ma vie ne soit guère passionnante. Je suis à Sion en Confédération helvétique. Là bas je n'ai pas trouvé le bon équilibre, c'est ainsi que je me suis rendu à Vienne dans le Dauphinais afin de trouver une vie agréable et une ambiance qui me convient. J'ai néanmoins été baptisé par le Père Viccienzo à Tarentaise où j'ai eu l'honneur d'avoir le frère Peccatore comme témoin. J'ai rencontré ce dernier lors d'un voyage que j'avais entrepris en Normandie. Je m'étais égaré, le frère Peccatore était là pour moi. Aujourd'hui j'aspire à une vie religieuse, je souhaite me faire ordonner et consacrer ma vie au Tout-Puissant et aux autres.
avatar
Louis_ll
Recteur

Nombre de messages : 163
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : voie séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par jenjitai le Mar 6 Déc - 18:34

L'archidiaconesse écoutait très attentive elle sourit

"Bien nous pouvons poursuivre"

À quoi sert le noviciat ?

Le noviciat lescurien est la formation des futur(e)s Lescurien(ne)s.

Il leur permet d'apprendre tout ce qui leur est nécessaire pour vivre pleinement les valeurs de notre Ordre. Il t'est donc demandé de prendre le temps non seulement de lire, mais aussi de comprendre les textes qui composent le noviciat.

Cela peut te paraître long, compliqué, difficile, ennuyeux, inutile et demandant beaucoup de travail, mais il n'en est rien.

Quel que soit ton rythme, privilégie la compréhension des textes à la rapidité de ta lecture.

Le Lecteur (le professeur Lescurien) et ses assistants seront toujours présents pour t'aider, te guider, te conseiller et répondre à tes questions : tu ne seras jamais perdu. Il peut arriver qu'ils soient momentanément indisponibles, mais nous nous engageons à ce que cela arrive le moins souvent possible.

Enfin, ce noviciat est indispensable pour entrer dans l'Ordre Lescurien, car ce qui fait la force de notre Ordre est son unité. Tous ses membres partagent les mêmes valeurs et sont donc toujours prêts à s'entraider. Pour entrer dans cette communauté, il faut donc en partager les valeurs, afin de ne pas se sentir exclu et inutile.

Bon noviciat.

As tu des questions ?


_________________

LECTRICE
avatar
jenjitai
Lectrice

Nombre de messages : 966
Localisation IG : Rouen
Voie Lescurienne : séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Louis_ll le Mer 7 Déc - 13:47

Je n'ai aucune question ma soeur.
avatar
Louis_ll
Recteur

Nombre de messages : 163
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : voie séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par jenjitai le Ven 9 Déc - 9:54

"Bien dans ce cas poursuivons

- Quelle est la question que posa Dieu aux créatures assemblées ?
- Quelle fut la réponse de la Créature Sans Nom et celle d’Oane ?
- Qu’est-ce que l'acédie ?
- Pourquoi Dieu décida-t-il de détruire Oanylone ?
- Quels sont les sept Princes-démons et les sept Archanges et les vices et vertus qui leur sont associés ?"




_________________

LECTRICE
avatar
jenjitai
Lectrice

Nombre de messages : 966
Localisation IG : Rouen
Voie Lescurienne : séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Louis_ll le Ven 9 Déc - 15:05

- Quelle est la question que posa Dieu aux créatures assemblées ?
Dieu demanda aux créatures le sens de la Vie.

- Quelle fut la réponse de la Créature Sans Nom et celle d’Oane ?
Pour la Créature sans Nom, la loi du plus fort s'impose alors que pour Oane la vie se résume en l'Amour .

- Qu’est-ce que l'acédie ?
L'acédie est le contraire du plaisir. Il se définit notamment par la tristesse et la paresse et ont rejoind en partie la Créature sans Nom.


- Pourquoi Dieu décida-t-il de détruire Oanylone ?
Oanylone a été détruit car à la mort d'Oane, les hommes sont devenus corrompus notamment pa l'acédie.

- Quels sont les sept Princes-démons et les sept Archanges et les vices et vertus qui leur sont associés ?"
Asmodée (prince-démon de la luxure, opposé à Raphaëlle, archange de la conviction)
- Azazel (prince-démon de la gourmandise, opposé à Galadrielle, archange de la conservation)
- Belial (prince-démon de l’orgueil, opposé à Miguaël, archange du don de soi)
- Belzébuth (prince-démon de l’avarice, opposé à Georges, archange de l’amitié)
- Léviathan (prince-démon de la colère, opposé à Gabriel, archange de la tempérance)
- Lucifer (prince-démon de l’acédie, opposé à Sylphaël, archange du plaisair)
- Satan (prince-démon de l’envie, opposé à Michel, archange de la justice)


avatar
Louis_ll
Recteur

Nombre de messages : 163
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : voie séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par jenjitai le Ven 9 Déc - 18:49

"Bien poursuivons .....

- Quel est le nom du Roi qui voulut l'exécution de Jeshua ?
- Qui vint tenter de perturber sa retraite spirituelle dans le désert ?
- Combien de disciples l'accompagnèrent ?
- Où le menèrent ses pas ? Que se passa-t-il dans la ville ?
- Pourquoi fut-il exécuté ? Par qui fut-il trahi ?
- Que fonda Christos comme grande institution ?"

_________________

LECTRICE
avatar
jenjitai
Lectrice

Nombre de messages : 966
Localisation IG : Rouen
Voie Lescurienne : séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Louis_ll le Sam 10 Déc - 18:00

- Quel est le nom du Roi qui voulut l'exécution de Jeshua ?
Mistral IV

- Qui vint tenter de perturber sa retraite spirituelle dans le désert ?
la Créature Sans Nom

- Combien de disciples l'accompagnèrent ?
douze disciples

- Où le menèrent ses pas ? Que se passa-t-il dans la ville ?
A Jerusalem. Il fut arrêté et exécuté.

- Pourquoi fut-il exécuté ? Par qui fut-il trahi ?
Il est accusé d'être un élément de désordre dans la Cité. Il fut trahi par Duja

- Que fonda Christos comme grande institution ?"
L'Eglise
avatar
Louis_ll
Recteur

Nombre de messages : 163
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : voie séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par jenjitai le Sam 10 Déc - 18:27

"Bien poursuivons, plus vite nous allons , plus vite ce sera terminé"

Jen rit un peu mais heureuse de la rapidité de Louis à répondre

L'Église Aristotélicienne, fondée par Christos et ses disciples, regroupe en son sein toute la communauté des Aristotéliciens.
L'Aristotélisme est la seule religion officielle du monde civilisé (Royaume de France, Grand Duché de Bretagne, SERG, Espagne, Angleterre...). La Sainte Église s'est dotée d'un registre qui recense tous les fidèles.
Les diacres (diaconesses), curés, évêques, archevêques et cardinaux sont les représentants de l'Église. Ils doivent conduire les Hommes vers Dieu.

Seul le baptême permet de faire partie de cette grande famille, mais ce sacrement purificateur n’est que le premier d’une longue série : la confession, la mariage, l’ordination ou encore les funérailles.

Le Credo est le chant qui nous unit dans notre foi.

Ceci est à bien retenir

l'Humilité fait que tout Lescurien ne trouve le chemin de la vertu que dans le partage de l'amitié Aristotélicienne, laissant de côté les inégalités temporelles. L'Enseignement est le but premier de tout Lescurien, dont la vie est vouée au partage de la parole divine. Enfin, le Progrès est la volonté d'aller toujours de l'avant, de ne jamais se reposer sur ses acquis, en voulant toujours se perfectionner.


Après cette lecture, donne-moi trois exemples passés de ta pratique respective de l’Humilité, de l’Enseignement et du Progrès. Si tu ne vois pas d’actions prises dans ton passé, imagine-les et sers-t'en pour l’avenir

_________________

LECTRICE
avatar
jenjitai
Lectrice

Nombre de messages : 966
Localisation IG : Rouen
Voie Lescurienne : séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Louis_ll le Dim 11 Déc - 7:15

Si la question est aisée, la réponse le sera moins je le crainds. Il est vrai que ma vie n'est guère passionnante. Néanmoins je peux relever quelques petites choses. L'Humilité: lors de mes voyages j'ai fait la rencontre de gens bien, de bons aristotéliciens. Ils ont certainement contribué au fait que j'ai décidé de franchir le cap du baptême. Ma rencontre avec le frère Peccatore restera pour moi la plus belle et la plus représentative de mes relations humaines. Il a de toute évidence été celui qui m'avait définitivement converti.

L'Enseignement: je suis un homme qui aime savoir, comprendre. Par exemple avant de me faire baptiser, j'avais étudié le Livre des Vertus. Il est important et primordial pour moi d'anticiper autant que possible. J'ai pu apercevoir au Couvent lescurien une magnifique bibliothèque, Elle sera l'un de mes endroits les plus visités.

Le Progrès: toujours améliorer la situation dans laquelle nous nous trouvons, car nous ne sommes point parfaits. Je suis également une personne qui se remet en cause régulièrement, de me nourrir également des opinions d'autrui.
avatar
Louis_ll
Recteur

Nombre de messages : 163
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : voie séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par jenjitai le Dim 11 Déc - 8:28

"Te nourrir des opinions d'autrui ? ou de t'enrichir par leurs bonnes actions ?
L'opinion d'autrui à partir du moment ou ton parcours est sain et bien mené l'opinion des autres n'a guère d'importance, n'oublie pas que tu pourras toujours rencontrer de mauvaises personnes qui par jalousie te dénigrerons et te ferons du mal , il ne faudra pas en tenir compte mais avoir confiance en toi et poursuivre le chemin que tu t'es fixé

Dieu sait si j'en ai par le passé fait les frais

Alors un conseil suis ton chemin du mieux que tu peux

Pour l'enseignement il ne s'agit pas seulement d'apprendre pour soit mais d'enseigner aux autres aussi pour les mettre sur la voie de la vertu et les aider durant leur parcours

Pour le progrès je suis d'accord toujours aller de l'avant et ne pas s'endormir sur ses lauriers

Bien mon ami poursuivons


Lis en entier la Règle de l'Ordre Lescurien et pose-moi des questions si tu ne comprends pas certaines parties.

Hagiographie de Pouyss
Hagiographie de Saint Lescure
Hagiographie de Morgan de Sauvigny

Lis ces 3 hagiographies et trouve des points communs entre ces 3 personnes (le fait qu'elles aient fait partie de l'Ordre ne compte pas bien entendu).

_________________

LECTRICE
avatar
jenjitai
Lectrice

Nombre de messages : 966
Localisation IG : Rouen
Voie Lescurienne : séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Louis_ll le Dim 11 Déc - 9:09

Je n'ai aucune question concernant la Règle de l'Ordre ma soeur.

Quant aux points communs entre ces trois personnes, nous ouvons citer les suivants:

- Lescure, Pouyss et Morgan ont tous trois consacré leur vie aux autres et ont guidé leur prochain.

- Lescure a jeté sans le savoir les valeurs de l'Ordre lescurien, sans le savoir puisque l'Ordre a été fondé après sa mort et selon sa philosophie. Ces valeurs ont été suivies par le fondateur de l'Ordre, Pouyss, où l'Enseignement prenait une part capitale. Morgan a continué le travail au Couvent lescurien mais également à la Bibliomélie. Les autres lescuriens ne sont pas cités mais nous pouvons également souligner que le travail a été poursuivi par les suivants au regard de la création de différents séminaires.

- je note également la gouvernance de l'Ordre. Lescure était un homme humble, le fonctionnement de l'Ordre est basée sur cette humilité, les premers recteurs en ont posé le principe où le pouvoir appartient aux amis et non à une "classe étroite" des lescuriens.

- Enfin, tous trois ont malheureusement connu une mort brutale. Un point commun que nous aurions sans doute préféré ne pas souligné.
avatar
Louis_ll
Recteur

Nombre de messages : 163
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : voie séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par jenjitai le Dim 11 Déc - 9:43

Présentation des voies

Choisis ta voie désormais, tu pourras en changer une fois dans l'Ordre selon ton parcours.

La voie du clergé séculier te guidera vers celle de la prêtrise ou de l'archiprêtrise.
La voie du clergé régulier te guidera vers celle de la vie monastique.
La voie du Tiers Ordre te guidera vers celle de la vie laïque.

Nous allons procéder à la confession, agenouille toi devant moi


Jen prit place sur une chaise et attendit que Louis s'agenouille et se confesse
(confession par MP pour plus de discrétion je repondrais ici ensuite)

_________________

LECTRICE
avatar
jenjitai
Lectrice

Nombre de messages : 966
Localisation IG : Rouen
Voie Lescurienne : séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Louis_ll le Dim 11 Déc - 9:49

Je choisis la voie séculière ma soeur.

Louis s'agenouilla et entama sa confession.
avatar
Louis_ll
Recteur

Nombre de messages : 163
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : voie séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par jenjitai le Dim 11 Déc - 18:35

Jenjitai écoutait attentivement

"Je t'absous de tout tes péchés mon ami, l'essentiel dans la vie est de reconnaitre ses péchés, ils sont à moitié pardonné dit on
A présent choisis un thème celui qui te plaira le plus , nous procéderons ensuite à la lecture , ton intégration viendra ensuite
Je te laisse travailler mais avant un moment de détente te sera utile va donc te ressourcer dans les jardins cela te fera le plus grand bien avant d'entamer ce travail
Bon courage mon ami à très bientôt je me retire , je reviendrais plus tard"

_________________

LECTRICE
avatar
jenjitai
Lectrice

Nombre de messages : 966
Localisation IG : Rouen
Voie Lescurienne : séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Louis_ll le Lun 12 Déc - 11:30

Mémoires de frère Adremir



Préface

Au couvent Lescurien de Rouen
Août 1455

Par la rédaction de ces mémoires, mon intention n’est pas de déroger à la valeur lescurienne d’humilité, car l’Histoire n’a pas à retenir le nom de celui qui les écrit, mais bien plus les enseignements de la vie de cet auteur, qu’il tâchera d’évoquer pour permettre aux générations présentes et futures un quelconque progrès dans leur condition d’Enfant de Dieu. J’espère que ces mots et ces phrases, dont l’encre luit encore à l’éclat de la chandelle, pourront intéresser certains lecteurs et éclairer leur spiritualité. Ces mémoires se veulent, non pas un traité autobiographique teinté d’orgueil, en vue d’ériger un modèle, mais le témoignage d’un homme qui s’efforça de se comporter en Enfant de Dieu, en Lescurien et en homme de Dieu. Enfin, je ne veux pas me donner l’importance que je n’ai pas, et ne crois pas mériter – car y-a-t-il un Homme qui ait plus d’importance qu’un autre devant leur Créateur commun? –, cependant je tâcherai de narrer clairement ce qui fut mon existence terrestre, afin de l’ériger en apprentissage pour mon lecteur, et non en modèle.
Mes frères, héritiers de Saint Lescure, j’aimerais que cet ouvrage demeure dans un étage de la bibliothèque de ce couvent, accessible à tout Lescurien, tout Rouennais, tout Aristotélicien, tout hétérodoxe (si tant est que cela puisse attiser au moins leur curiosité) ou tout autre enfant de Dieu qui souhaiterait ouvrir ces pages. Je vous laisse seuls juges de son utilité, mais j’espère au moins que notre archiviste ne laissera pas quelque rongeur s’attaquer à cela! De ce livre, je vous demande aussi de faire parvenir aux Rouennais les épîtres qui leur sont dédiées.
Dans un premier tome, j’ai relaté l’ensemble de ce qui constitue l’expérience de ma vie. En second lieu, sont recueillies les épîtres que j’adresse tantôt à vous, mes frères et sœurs, tantôt à mes amis Rouennais.

Tome I : De vitae meae

Chapitre premier : Ab initio aetatis

Je suis Adremir, orphelin depuis que j'ai 4 ans. Je suis né aux alentours de 1430. J'ignore d'où je suis originaire, j'ignore le nom de mes parents, j'ignore si j'ai des frères, des sœurs de sang. Ceux qui m'ont élevé m'ont raconté qu'ils m'avaient trouvé emmitouflé dans des linges sales, sur le bord d'une route, entre Fécamp et Rouen, en Normandie. Ils pensaient que l'on m'avait abandonné. C'est possible. Toujours est-il qu'ils m'emmenèrent chez eux. Ils étaient membres d'un Ordre religieux monastique et vivaient dans un couvent, à l'écart du monde. C'est là que je passai toute la première partie de ma vie. Les frères m'y éduquèrent, m'enseignèrent des notions élémentaires, m'apprirent à m'offrir aux autres plutôt que de penser à moi sans cesse. Mais ils ne m'imposèrent pas de croire en Dieu, ou même en l'existence d'un Être Supérieur.
Est-ce là que se révéla à moi la vocation qui devait être la mienne? Je ne le sais pas. Peut-être, mais peut-être pas… Car je n’avais en effet rien à l’époque du jeune homme pieux et miséricordieux que les moines espéraient en moi. Le péché peut prendre diverses formes, y compris plus discrètes, mais je pense pouvoir affirmer que j’étais alors plus pécheur qu’aujourd’hui où j’écris ces lignes. La religion était pour moi une souffrance, non une libération, le culte une torture et ceux qui officiaient des tortionnaires. Pourquoi donc, alors que j’avais toujours vécu parmi la religion? Sans doute la meilleure éducation du monde n’est-elle réellement comprise que lorsque Dieu en révèle à nos yeux le réel intérêt.
Mon adolescence n’était faite que de rêves improbables de bataille, de gloire, de sang, il est vrai, je l’avoue enfin. Comme si les faits d’armes ne fascinaient les enfants que par leur violence. Je passais par tous les péchés, hormis un, la luxure, plus par impossibilité que par vraie résistance de mon âme perverse. Il me faut aujourd’hui confesser tout ceci et demander pardon à Dieu pour mes fautes. Sans doute je juge aussi trop durement mon enfance. J’étais certes multiple pécheur, mais je l’étais plus par défaut, comme si ma volonté ne pouvait résister à aucune tentation de la Créature Sans Nom.
La morale, les vertus… que des idées sans intérêt pour l’Adremir de 24 ans… De sorte que celui-ci, las des sermons et de la sempiternelle morale des frères, se sentait mal à l'aise au sein de leur communauté. Il me manquait tout un pan de ma vie, me semblait-il, notamment une affection féminine, car je n'avais jamais connu de mère, ou même d'autre femme. Alors, un jour, je décidais d'informer les moines de mon départ. C'est ainsi que je quittai mes tuteurs et me dirigeais vers Rouen, capitale de la Normandie.

Chapitre deuxième : Vitam ediscere

J'espérais y trouver un équilibre, une vraie vie dans la communauté, des amis, peut-être même une épouse. Simple vagabond, je dus travailler durement pour subsister au début, en m'abstenant de manger un jour sur deux. Mais rapidement et comme pour prouver que l’enseignement des frères n’avait pas été entièrement vain, je tâchais de me mettre au service des Rouennais, et fus nommé par le maire Davlegrand représentant des vagabonds, afin de porter la voix de ceux-ci au conseil municipal.
Tâche difficile que celle-ci, d’autant que je ne me donnais pas les moyens de la remplir comme je l’aurais dû. Et cette expérience se transforma bien vite en échec, je crois à présent que le don de soi n’était de mes qualités que théoriquement. Dans la réalité, j’aurais eu plus de mal à suivre le sillon de Saint Miguaël.
Bientôt, j'accédais au statut de paysan, et pus me lancer dans la culture du maïs. Mon niveau de vie s'élevait. Dans le même temps, j'avais le désir de voir se créer une équipe de soule à Rouen. Elle ne se fit que des semaines plus tard et, si j’y figurais en tant que joueur, je n’en fus pas le capitaine. Tant mieux, l’orgueil n’est pas une chose qui convenait à mon âme, même si je n’en étais pas dénué.
Et jusque-là, ma vie était celle d'un pécheur. Par curiosité, j'allais à l'église de Rouen. Elle était vide. Aucun curé n'y officiait. Je n’étais pas habitué à cela. Pour moi, toutes les églises avaient toujours été fréquentées par des clercs, plus ou moins inintéressants… À priori, voir ce lieu désert aurait pu rasséréner l’impie que j’étais.
Mais il n’en était rien. Le vent qui soufflait à travers les multiples failles de l’édifice avait quelque chose d’inquiétant. Une désolation telle ne pouvait rendre heureux un homme. Tout au moins pouvait-elle l’émouvoir. Et elle m’émut, moi qui avait fui les contraintes de la vie monastique.
Un jour, Son Éminence Pouyss, Cardinal-Archevêque de Rouen, par un heureux hasard me vit dans l'église. Il me convainquit d'entrer dans l'Église Aristotélicienne, malgré ma réticence, suite à mon départ de chez les moines. Mais Pouyss me montra un autre visage de Dieu, et rapidement, je me rendis à l'évidence que la vie sans Dieu était une aberration. Le 14 novembre 1454, je fus baptisé en la Cathédrale de Rouen, par Pouyss lui-même, ce qui pour moi n’avait alors pas encore l’importance et l’honneur que je conçois maintenant. Cet événement changea ma vie.

Chapitre troisième : Famulus Ecclesiae

Étrange revirement que celui qui bouleversa ma vie. Je n’aurais jamais cru me mettre au service de Dieu comme son serviteur, et à celui de mes paroissiens comme berger. Pouyss m’avait donné une raison d’avoir foi en le Très-Haut et son attitude de père envers tous ses clercs me pousserait à lui vouer une admiration non-feinte et à rédiger son hagiographie tout récemment.
L’exercice de la diffusion de la foi est un bien difficile exercice, plus difficile sans doute que tout ce que j’avais pu faire, car c’est un travail d’endurance, de présence, de conviction et, surtout d’amour… Je n’avais jamais fait preuve d’une grande dose d’amour auparavant, surtout pas pour les moines, et guère pour mes nouveaux concitoyens, bien que certains amis, comme Tekilabanda, avaient déjà une place particulière dans mon cœur.
L’amour devait-il donc s’apprendre? Non, l’amour est inné à l’espèce humaine. Mais il peut devoir être révélé.
À l’invitation de Pouyss, je rejoignis l’Ordre Lescurien, dont il était le fondateur, et qui joua ce rôle de révélateur. Pour la première fois de ma vie, j’avais une famille. Quelle étrange sensation que se sentir entouré d’attentions affectueuses et de pouvoir à son tour aimer. Je ne pleure pas souvent, c’est un fait, non pas pour une raison de courage particulier, peut-être par froideur, mais je ne me souviens que de deux occurrences à mes larmes : mon entrée chez les Lescuriens, accueilli en particulier par frère Aluthor, un laïc; et la mort de celui-ci. Ces deux larmes devaient sans doute marquer le début et la fin d’un cycle : dans mon enfance Lescurienne, Aluthor avait ainsi été un père pour moi, Pouyss un grand frère et Saint Lescure un modèle.
FrèreNico était lui un Franciscain. Je ne le connaissais pas, et pourtant sa mort à la fin de l’année 1454 m’affecta profondément, car je savais tout ce qu’il avait fait pour l’Église de Dieu. J’ai même voulu participer à la rédaction de son hagiographie, mais je renonçais à cette idée, en laissant le soin aux Franciscains. J’espère qu’il sera canonisé.
Mon église était anonyme. J’aurais aimé lui donner le nom de Saint FrèreNico. Cela ne se sera pas fait lors de mon diaconat.
Dans ma paroisse justement, je tâchais d’intéresser mes ouailles à la foi, avec plus ou moins de succès dans un premier temps. Je me souviens avoir lancé des travaux de rénovation de l’église, en ruines, ainsi qu’un atelier de pastorale… Ces deux initiatives ne connurent guère de succès. Mais qu’importe, mon travail porterait ses fruits, un jour!
Et cette activité ecclésiastique n’allait pas à l’encontre de mon investissement dans la vie laïque. Le scandale qui marqua la troisième élection de Davlegrand m’affecta beaucoup, quoique je garde encore de l’estime pour le deuxième maire de Rouen, qui sortit de la vie publique à cette occasion.

Chapitre quatrième : Perturbationes ecclesiasticae

Janvier 1455 fut pour ma vie d’ecclésiastique le lieu de grands bouleversements : la contradiction entre la Curie et le Pape à Rome poussa Pouyss à démissionner de sa charge de Cardinal. Mais ce ne fut pas sa seule démission : il quitta aussi son poste d’Archevêque de Rouen ainsi que le Rectorat de l’Ordre Lescurien.
Pour moi, ce fut un grand désarroi de voir mon mentor cesser de diriger les clercs normands et l’Ordre qu’il avait fondé.
À Rouen, ce fut Monseigneur Poltau qui succéda à Pouyss. Il me fallait m’adapter à une nouvelle organisation qui, si elle était différente de celle de Pouyss, me plut rapidement.
Chez les Lescuriens, frère Morgan de Sauvigny accéda à la charge de Recteur, laissant celle du missionnaire vacante. Et, le 3 Février 1455, le Chapître lescurien me nomma missionnaire. C’était le début d’un nouvelle manière de servir l’Ordre. Tout d’abord, je fus assez dynamique, entreprenant de réorganiser la voie du clergé séculier en créant diverses salles, en particulier pour débattre de théologie ou harmoniser un Prêche Lescurien. J’ai le regret de ne pas avoir assez fait pour que ces idées se concrétisent réellement. J’archivais aussi un certain nombre de documents du clergé séculier. Mais, finalement, je ne crois pas avoir été un bon missionnaire pour l’Ordre. J’ai tenté, mais la tentative doit être poursuivie dans la durée pour être reconnue et appréciée. Ce que je ne fis, hélas, pas, ou à de rares occasions.
Pourtant, à une époque où l’Ordre était moribond, son activité somnolente, ses membres tout aussi somnolents, je tâchais de le redynamiser, mais le mérite de la renaissance des Lescuriens en revient plus au recteur DeSauvigny, ainsi qu’au controversé Frère Arilan, que j’estimais et estime toujours.
Dans ma paroisse, je pus officier mes premiers baptêmes en Mai 1455 et cueillir les tardifs fruits d’un prêche pas forcément toujours endiablé, quoique j’ai tâché de le rendre le plus intéressant possible.
Enfin, je m’investissais toujours dans la vie de la ville de Rouen. Après avoir vu la naissance de l’équipe de soule des Dragons de Rouen, une élection municipale requit ma participation active : après cinq mandats, mon grand ami Tekilabanda laissait la place de maire. On me demanda d’organiser le débat électoral entre les multiples candidats. Je m’appliquais donc à le faire le plus complet possible. Pourtant, les oppositions étaient tendues. J’étais alors une «autorité» de la ville, et ma parole y était respectée. C’est pourquoi je tâchais de m’interposer, rappelant à chaque partie le respect mutuel que le débat imposait, dans le but de conserver une bonne entente à Rouen. Mes tâches politiques ont parfois été ingrates, mais je les crois utiles et symboliques de mon vrai rôle parmi les fidèles, peut-être plus que mes prêches.

Chapitre cinquième : De postremorum officiorum hominis

J’étais diacre depuis un certain temps, plusieurs mois, sans doute était-ce encore peu, mais le temps terrestre n’a guère de signification. Je sentais peu à peu que la mission que Dieu m’avait confié allait vers sa fin, non que je fusses, tel un vieillard, déclinant physiquement, loin de là j’étais en pleine forme, tenant mon poste de numéro un des Dragons de Rouen, et ma motivation dans ma tâche était intacte, mais mon âme savait qu’il était temps de laisser la place…
Et pourtant je n’avais pas encore accompli mes derniers devoirs. Il m’en restait deux : former ma succession et rédiger l’hagiographie de mon mentor frère Pouyss.
La première tâche fut délicate.
Je tâchais d’abord de former le jeune Lebergerblanc, qui était un modèle de piété et de dévotion. Voyant cela, Monseigneur Poltau en fit le diacre de Mortagne assez promptement. Il est vrai que cette paroisse était vacante.
Puis dans le courant de l’été, je repérais messire Dabranth, peu avant mon premier départ temporaire en retraite spirituelle. Au terme de celle-ci, je découvrais, déçu, qu’il avait quitté sa charge sans avertir sa hiérarchie.
Dieu semblait encore me donner des épreuves, que je tâchais de surmonter. Je dis ma dernière messe, alors que j’avais déjà trouvé mon successeur : Raphaël de Montauban, dont la piété me rappelait Lebergerblanc.
Je tâchai de ne pas connaître le même échec qu’avec Dabranth. Si je pus le former plus convenablement, c’est en revanche l’avenir qui dira si Raphaël saura être présent auprès des Rouennais. Mais j’ai confiance en lui.
Quant à mon deuxième devoir, sans doute le plus important, je m’y attelais promptement, œuvrant longuement à produire un texte à la hauteur du personnage qui devait être canonisé.
À ce jour, mon travail est achevé, mais hélas, le Saint Office ayant tardé à l’examiner, je ne puis plus assumer mon devoir d’apporter les dernières modifications. J’espère que les Lescuriens, dont Pouyss est le père, sauront parachever cette œuvre. J’en fais le souhait profond.
À l’heure où je termine ces lignes, je m’apprête à démissionner dans quelque temps de ma charge de diacre. Je ne suis déjà plus missionnaire.
Ma vie publique touche à sa fin, mon âme n’est pas encore morte. Encore chaque action, parole ou pensée qu’elle émettra sera sujette au jugement de Dieu. S’il est un enseignement que le lecteur puisse retenir de ce texte, c’est que Dieu juge les âmes, non pour ce qu’elles montrent, mais pour ceux qu’elles sont. Aussi ne craignez pas de montrer ce que vous êtes, car chacun peut se révéler être une âme particulièrement belle…

Le devoir aura dirigé ma vie cléricale. Place maintenant à la prière.

Tome II : Epistulae

Aux Lescuriens

Mes sœurs, mes frères,
Nul ne fut plus heureux que moi de trouver en vous une famille, une famille d’amitié Aristotélicienne.
Peut-être beaucoup d’entre vous ne me connaissent guère, en particulier pour les plus récents. Moi-même, je ne connais plus que peu d’entre vous. Les générations Lescuriennes se sont succédées, mais l’Ordre est resté. Je prie Dieu qu’il demeure encore longtemps, car sa tâche n’est pas terminée.
Le décès tragique de frère Aluthor nous a rappelé quelle était cette tâche : enseigner au monde les valeurs Aristotéliciennes. Les valeurs d’humilité, d’enseignement et de progrès, qui fondent le modèle Lescurien, ne sont pas des mots vains. Pour chacun de nous, ils ont une signification, de sorte qu’ils dictent notre conduite, non pas comme des maîtres, mais comme des inspirations.
Mes frères, je vous prie de pérenniser l’activité de l’Ordre, de toujours vous souvenir de ses fondateurs, en particulier frère Pouyss, dont vous terminerez, je vous en prie, l’hagiographie.
Nulle discorde ne doit vous détourner des fins premières de l’Ordre. Souvenez-vous de tous ceux qui ont donné toute ou partie de leur vie pour l’Ordre Lescurien et pour la foi Aristotélicienne en général.
Faîtes de l’Ordre un Soleil, qui rayonne dans le monde, pour lui apporter l’enseignement de Dieu.
Et enfin, ne tombez surtout pas dans l’acédie, le pire ennemi du Lescurien! (Le calva est un bon remède, même si je n’ai jamais beaucoup pratiqué.)
Au moment où vous aurez lu ces mots, je serai déjà jugé par Dieu, soit au Soleil, soit dans la Lune, mais de là-haut, mes pensées vous accompagnent déjà.
Votre dévoué frère
Adremir

Aux Rouennais

Mes bien chers frères et sœurs, ceci n’a rien à voir avec une messe, juste des recommandations à Dieu, car vous restez dans mon âme comme mes meilleurs amis, tous autant que vous êtes, et vous sermonner m’aura manqué en retraite au couvent.
Je voudrai prier Dieu de vous protéger, Rouennais présents ou passés, en particulier les deux premiers maires de notre ville, Psycho7 et Davlegrand, qui m’apportèrent une généreuse aide lorsque j’arrivais dans cette ville, ensuite aux Ducs de Normandie, Aegidius et Ruhtra, que je n’ai hélas pas bien connus, mais dont l’aura et l’influence sont bénéfiques à notre ville, puis à mes multiples amis, Rodanski et Ondinedulac, Dieu bénisse votre union future que je n’aurais pas pu célébrer finalement, ainsi que Moz, Nkhan, Tom, Neiv, Prupiphoe, Kamala, Malcolm, bien qu’hérétique, ainsi que tous ceux que je ne nomme pas mais que je côtoie depuis longtemps.
Et bien sûr je n’oublierai pas mon grand ami Tekilabanda que j’ai toujours connu. Mon ami, je te souhaite la réussite que tu mérites dans la politique. Que Dieu te garde! Et ne L’oublie jamais…
Pour finir, je salue le père Isamu, ex-curé de Rouen, mon ex-larbin Lebergerblanc, devenu curé de Mortagne, puis évêque de Lisieux, et dont l’ascension ne fait que commencer. Je vois en lui un homme très pieux et je regrette de n’avoir que peu communiqué avec lui après son départ pour Mortagne. Et puis frère Raphaël, si vous lisez ces lignes, sachez que je vois en vous le présent et l’avenir du clergé rouennais. N’oubliez pas mes enseignements, mais surtout, soyez naturel dans votre approche de la religion et des paroissiens (vous savez, ces gens qui peuplent de manière inexpliquée les bancs de l’église le dimanche). Dieu vous bénisse mon frère, ne serait-ce que pour m’avoir permis de prendre une retraite sereine.
Entre la fin de cette rédaction et le début de votre lecture, j’aurai longuement prié pour vous, jusqu’à ma mort. Restez donc de dignes enfants de Dieu.
Votre ami
Adremir





Ce document a été réalisé par Kaioh.
Ces mémoires furent rédigés par Adremir..

Si vous le permettez ma soeur je souhaiterais évoquer le parcours de frère Adrémir. En parcourant la bibliothèque lescurienne, j'ai remarqué cet ouvrage. J'ai pensé qu'évoquer un lescurien qui n'est ni canonisé, qui n'a pas été recteur de l'Ordre avait toute son importance. Car effectivement la vie d'Adrémir apparaît comme fort intéressante et instructive. En lisant cet ouvrage, j'ai pu remarquer un être perdu, égaré du droit chemin au début de sa vie. Elle aurait pu se poursuivre de la sorte comme beaucoup d'autres. Mais cet homme a choisi la voie du Très Haut, il a choisi l'Amitié aristotélicienne. Cela ne lui est pas apparu par enchantement mais par la rencontre d'hommes et de femmes formidables, le premier d'entre eux: frère Pouyss. Je ne sais pas si le fondateur de l'Ordre était le seul à pouvoir faire voir la vérité à Adrémir, mais cette rencontre avec l'ancien recteur ne pouvait qu'être bénéfique, à Adrémir, et je suppose à bien d'autres encore. Car avouons le, réorienter un homme dans le droit chemin lorsque ce dernier n'accorde aucune importance à la divinité, à un homme qui ne pense qu'aux combats armés, n'était pas une tâche aisée. Pouyss, sans surprise, réalisa cet exploit. L'entrée d'Adrémir dans l'Ordre était un nouveau cap, et lui donnait un sens différent à sa vie. L'accueil chaleureux que lui firent les lescuriens, qu'ils considère très rapidement comme sa seule famille montre bien les qualités et l'humilité lescurienne. L'humilité? Parlons-en car cet homme est passé du solitaire anti-système à une humilité remarquable. Son travail au sein de l'Ordre fut tout à fait remarquable et je pense que lescuriens qui l'ont cotoyé ne l'ont pas oublié. Je ne développerai pas davantage, parce que je ne veux pas erroner la vérité, ne la connaissant qu'à travers un livre. Je prèfère laisser ce plaisir aux plus aisés. Je souhaitais seulement évoquer ce grand homme, oui un grand homme pour moi, qui malgré un manque de notoriété remarquable en dehors du Couvent lescurien, est l'exemple parfait des personnes égarées qui rejoignent le chemin de la vérité. Il est l'exemple par excellence que nul homme n'est jamais définitivement perdu et il est enfin la preuve que les valeurs lescuriennes, "Humilité, Enseignement, Progrès", sont une chance, une réussite pour notre prochain, qu'elles ont porté leur fruit. Je dis "chapeau" à Pouyss, je le dis à tous les lescuriens, vivants ou décédés.
avatar
Louis_ll
Recteur

Nombre de messages : 163
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : voie séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par jenjitai le Mer 14 Déc - 19:07

Nous n'avons pour la plupart pas eu la chance de le connaître et je le regrette ainsi que Pouyss et Lescure et ... bien d'autre

J'aurais tant aimé ...

Il est rare de rencontrer des êtres faisant preuve de générosité, d'écoute, d'investissement comme eux aujourd'hui

Tâchons de suivre le même chemin, lorsque je le lis des larmes me viennent aux yeux et je pense à nombre de personnes que j'ai connu et qui ont disparu , des personnes qui n'étaient pas amis Lescurien mais qui auraient du en faire partie
parcequ'eux aussi avaient les mêmes valeurs

Merci mon ami pour cette lecture que j'avais omis de lire , je vais convier d'autre amis , ensuite nous verrons pour ton intégration

_________________

LECTRICE
avatar
jenjitai
Lectrice

Nombre de messages : 966
Localisation IG : Rouen
Voie Lescurienne : séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Louis_ll le Mer 14 Déc - 21:27

Je vous remercie ma soeur, je patiente donc.
avatar
Louis_ll
Recteur

Nombre de messages : 163
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : voie séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Peccatore le Lun 19 Déc - 11:01

Le Recteur, teint blafard, parvint à la cellule où son filleul Louis avait passé son noviciat.

Bonjour mon filleul, bonjour ma soeur, fit-il d'une voix faible, avant de se pencher sur le travail de Louis.

Voyons ce travail, donc.

Peccatore lut le texte. Il ne lui était pas inconnu mais ne s'y était jamais attardé. A son terme, après un instant de réflexion, il déclara :


Je partage ton point de vue, Louis. Je n'ai bien évidemment pas connu Frère Adremir, mais il me semble, comme tu le dis, un exemple d'Humilité. Ce n'est sans doute pas un hasard s'il est, avec feu le Recteur Aluthor, le seul Lescurien à ma connaissance à avoir été inhumé au couvent. Nous, aujourd'hui, devons nous inspirer de tels exemples.

Certains Amis, dont je fais partie, envisageaient il y a quelque temps d'entreprendre un vaste travail biographique sur les anciens Lescuriens illustres, non par leur notoriété, mais par leur exemplarité. Si cela t'intéresse, tu pourras te joindre à ce projet une fois ton intégration effectuée. Pour ma part, je valide en tout cas ton noviciat et ton travail final.


Dernière édition par Peccatore le Lun 19 Déc - 13:44, édité 1 fois
avatar
Peccatore
Pape
Pape

Nombre de messages : 2499
Localisation IG : Lisieux (jadis)
Voie Lescurienne : Clergé séculier (jadis)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Louis_ll le Lun 19 Déc - 13:37

Je vous remercie mon frère, mon parrain. En effet ce projet m'intéresse et je serai honoré d'y contribuer. Je suis fier de faire partie de votre communauté et vous remercie tous de votre confiance.
avatar
Louis_ll
Recteur

Nombre de messages : 163
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : voie séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par jenjitai le Lun 19 Déc - 20:44

"Mon ami serais tu disponible mercredi, nous procéderons à ton intégration"

_________________

LECTRICE
avatar
jenjitai
Lectrice

Nombre de messages : 966
Localisation IG : Rouen
Voie Lescurienne : séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Aluthor le Mar 20 Déc - 13:17

Oui ma soeur je serai bien présent.
avatar
Aluthor
Recteur

Nombre de messages : 1081
Localisation IG : Dieppe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Louis_ll le Mer 21 Déc - 8:42

Je n'avais pas vu que je m'étais connecté avec Aluthor. Désolé. Embarassed
avatar
Louis_ll
Recteur

Nombre de messages : 163
Localisation IG : Couvent de Rouen
Voie Lescurienne : voie séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: cellule 10 Louis II

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum