Chambre Louis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chambre Louis

Message par jenjitai le Mar 14 Mai - 20:48

Beaucoup de monde arrivait ces temps derniers , Jen prit la peine d'installer une autre chambre pour les étudiants qui désiraient rester au couvent
simple mais confortable pouvant accueillir même une famille


_________________

LECTRICE
avatar
jenjitai
Lectrice

Nombre de messages : 966
Localisation IG : Rouen
Voie Lescurienne : séculière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chambre Louis

Message par Valois le Sam 19 Oct - 23:49

Valois suivit Carmen qui le guida jusqu'à la chambre. Quel ne fut pas son étonnement en découvrant le lieu. Il s'attendait à quelque chose de plus... austère. Après avoir déposé ses affaires, la première chose qu'il fit, fut de tester le couchage. Après plusieurs jours sur les routes, le confort d'une couche, aussi simple fut-elle, ne se refusait pas.
L'heure tardive s'y prêtait, mais pas les lieux. Valois prit néanmoins son paquetage, déroulant avec moult précaution une couverture et en sortit son luth. Il essaya quelques notes, s'appliquant à ne pas les laisser résonner. Peu satisfait du résultat, il entama, tout de même, une douce mélodie, chantant à voix basse.


A son bel amant la dame
A donné délai d'amour
En mandant le lieu et l'heure.
De l'aube impatient d'honneur
Au soir, tout pensif il va,
Et disait en soupirant:
Jour, bien croissez à mon dam,
Du soir
Me tuera le long espoir.

Tant était l'amant brûlé
Par la désirante ardeur
Des délices espérées
Qu'il en avait grand'terreur
De n'être au soir plus vivant,
Il disait en soupirant:
Jour, bien croissez à mon dam,
Du soir
Me tuera le long espoir.

Il ne s'approchait personne
Qui ne connût la douleur
De l'amant tant il était
En apparence de pleurs,
Et torturé par le jour,
Il disait en soupirant:
Jour, bien croissez à mon dam,
Du soir
Me tuera le long espoir.

Quels grands tourments sont promis
A celui que nul soutien
Ne peut aider. Voyez donc
Cet amant, quelle langueur
Le tient le jour accablé!
Il disait en soupirant:
Jour, bien croissez à mon dam,
Du soir
Me tuera le long espoir.


Quand il eut terminé, il se dévêtit et se coucha, ne tardant pas à sombrer dans un sommeil réparateur.


[Sérénade de Guiraut Riquier (v. 1250- v.1292), traduction: Georges Ribemont-Dessaignes]
avatar
Valois
Visiteur

Nombre de messages : 4
Localisation IG : Dunkerque

Voir le profil de l'utilisateur http://www.domaine-ermenfrois.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum